Vers une transformation progressive et durable de l’économie rurale

03/02/2018
Vers une transformation progressive et durable de l’économie rurale

Le programme cible les jeunes et les femmes vivant en milieu rural

Le Premier ministre Komi Selom Klassou a reçu vendredi une délégation du FIDA (Fonds international de développement agricole) conduite par Sylvie Marzin, conseillère principale de portefeuille, division Afrique de l’Ouest et du Centre.

L’agence onusienne soutient deux projets, le PADAT (Projet d’appui au développement agricole au Togo) et le PNPER (Projet national de promotion de l’entreprenariat rural). 

La mission présente à Lomé est chargée de réaliser une évaluation du PNPER lancé il y a 4 ans.

‘Si nous voulons garantir la sécurité alimentaire, améliorer davantage la nutrition, aussi bien pour les enfants que pour les autres cibles ; et si nous voulons créer de la richesse, il faudra que nous puissions apporter un certain nombre d’innovations dans le secteur de l’agriculture. Et c’est pour cette raison que parallèlement au projet PNPER le Togo est en train de travailler actuellement avec la BAD pour promouvoir les agropoles qui doivent nous permettre, avec l’appui du secteur privé, d’aller vers plus de transformation’, a déclaré M. Klassou.

Les deux parties sont tombées d’accord pour recadrer le projet afin de lui permettre d’atteindre les objectifs assignés. Le Premier ministre a également souhaité une relecture de l’accord de financement entre le FIDA et le Togo pour éviter les faiblesses susceptibles de freiner les différentes initiatives. 

‘La discussion que nous avons entamée et les engagements forts qui ont été pris par le gouvernement dans le sens de l’amélioration de la performance de nos activités conjointes du portefeuille du FIDA ont été salué par le président du FIDA qui a souhaité que nous puissions poursuivre nos échanges pour aller dans le sens de l’amélioration de cette performance, non seulement du PNPER, mais de tout projet de nature à assurer un développement inclusif agricole et rural’, a indiqué de son côté Sylvie Marzin.

Le PNPER, qui couvre la période 2014-2020, se propose de contribuer à la transformation progressive et durable de l’économie rurale togolaise à travers l’appui et la promotion de la MPER (micro et petite entreprise rurale) le long de filières agricoles porteuses. 

Sylvie Marzin

Le développement de ces MPER en milieu rural prend en compte deux préoccupations majeures du gouvernement, à savoir le besoin d’amorcer une transformation durable du milieu rural en y développant des activités économiques rentables, compétitives et attrayantes pour des acteurs économiques y compris les jeunes et d’autre part, l’impérieuse nécessité de contribuer à la réduction du chômage et du sous-emploi des jeunes en les intéressant à des activités économiques relevant du secteur rural. 

Le PNPER cible environ 280.000 personnes dont 50.000 bénéficiaires directs grâce à la création de 1.800 micro entreprises et au renforcement de 500 autres, la création d’environ 9.300 emplois directs en milieu rural dont 1.600 auto-entrepreneurs.

Le volet formation concerne 4000 jeunes

Le programme est cofinancé par le FIDA et l’Etat à hauteur de 19,2 milliards de Fcfa dont 10,8 milliards apportés par le FIDA.

Le Fonds international du développement agricole est dirigé par l’ancien Premier ministre togolais Gilbert Houngbo.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Hub scientifique

Coopération

La Société ouest-africaine de chimie tient à partir de mardi à Lomé ses 19e Journées scientifiques. 

Anticiper la réduction de l'APD

Développement

L’aide publique au développement (APD) demeure une source de financement très importante pour le Togo.

'Nous avons veillé à l’ouverture du marché à la concurrence'

Tech & Web

Les deux opérateurs de téléphonie mobile viennent de lancer leurs services 4G. La fibre se déploie. Bref, le Togo est en train de rattraper son retard.

Des lentilles artificielles pour lutter contre la cataracte

Santé

La cataracte apparaît chez les personnes âgées de plus de 50 ans. Elle est très répandue au Togo. Mais elle peut heureusement être traitée.