2085

21/12/2012
2085

Une résolution autorisant une intervention militaire au Mali, soutenue par le Togo, la France, les Etats-Unis, le Royaume uni et le Maroc a été adoptée jeudi à l'unanimité par les 15 membres du Conseil de sécurité de l’ONU.

Le texte ne constitue pas un feu vert donné aux soldats de la Cédéao pour chasser les islamistes qui occupent le nord du Mali, d’ailleurs aucun calendrier précis n’est fixé.

La résolution 2085 comporte deux parties distinctes ; un souhait émis par l’administration américaine.

La première, politique, appelle les dirigeants maliens à lancer un dialogue pour rétablir l'ordre constitutionnel, notamment en organisant des élections présidentielles et législatives avant avril 2013. En outre, elle recommande de lancer des négociations avec les rebelles Touaregs qui ne sont pas liés aux islamistes. Côté militaire, la résolution invite à la reconstruction de l’armée malienne et à son entraînement qui sera intégrée à la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA) créée par la Cédéao et l’Union africaine.

Voilà pour le premier élément du puzzle. Le second envisage une opération militaire proprement dite, mais celle-ci sera soumise à l’approbation du Conseil de sécurité qui évaluera l'état de préparation de cette force, à partir de certains critères précis (entraînement, efficacité de la structure de commandement, équipement, adaptation au terrain) et dans l’hypothèse ou le dialogue politique est un fiasco.

Il s’agit donc d’une résolution très prudente.

Informations complémentaires

Résolution Mali.pdf 139,21 kB

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Un modèle exemplaire de la coopération européenne

Coopération

Fréquentes au Togo, les pluies tropicales provoquent d’importantes inondations, notamment en milieu urbain.

Veille sanitaire

Santé

La grippe aviaire a fait son retour dans deux préfectures. Des mesures d'urgence ont été imposées doublées d'une surveillance sanitaire.

Rien ne va plus à Kinshasa

Union Africaine

En RDC, le médiateur togolais Edem Kodjo est dans l'incapacité de réunir le pouvoir et l'opposition. 

Le secteur privé ne contribue pas pleinement à la politique de relance

Développement

Le Togo, via différents accords et conventions, s’est engagé a utiliser de la façon la plus efficace l’aide publique au développement (APD).