A quoi sert vraiment la Francophonie ?

20/10/2010
A quoi sert vraiment la Francophonie ?

Micheline Calmy-Rey (photo) a donné mercredi matin à Montreux le coup d'envoi de la conférence ministérielle chargée de préparer le Sommet de la Francophonie prévu en fin de semaine. La cheffe du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) préside cette réunion.
Si les participants réfléchiront aux moyens de renforcer la présence de la langue française dans le monde (en recul constant), ils discuteront aussi des grandes questions politiques et économiques. Car, depuis sa création, l'OIF entend jouer un rôle de mini-Onu ; avec des résultats mitigés.
A l'ordre du jour donc, la réforme de la gouvernance mondiale, la sécurité au Sahel, la crise économique, la réforme de l'Onu, la situation en Haïti, au Niger, en Guinée ou en Côte d'Ivoire et le conflit israélo-palestinien (l'Etat hébreu, dont 15% de la population est francophone, n'est toujours pas admis à l'OIF, même en qualité d'observateur !)
Les participants devront enfin se prononcer sur l'adhésion comme observateurs de plusieurs pays dont l'Estonie, la Bosnie, les Emirats arabes unis ou République dominicaine où la pratique du français n'est pas extrêmement répandue ...
Le ministre togolais des Affaires étrangères, Elliott Ohin, est arrivé mardi soir à Montreux.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.

Administration bien plus rapide

Tech & Web

Le président Faure Gnassingbé a inauguré lundi le réseau e-gouvernement. 560 administrations sont reliées entre-elle par fibre optique.

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.