ADO samedi au Togo

12/09/2013
ADO samedi au Togo

Le président de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara (ADO), effectuera une visite de travail le 14 septembre au Togo. A cette occasion, il aura un entretien avec son homologue Faure Gnassingbé.

Les sujets de discussion ne manquent pas entre les deux hommes. Il y a le Mali. Abidjan et Lomé se sont impliqués dès le début de la crise pour permettre la mise sur pied d’une force militaire africaine. La Minusma, épaulée par l’armée française, est parvenue à chasser les groupes islamistes du Nord du pays permettant la tenue de l’élection présidentielle.

Autre thème sans doute abordé, le rapatriement volontaire de plusieurs milliers de réfugiés ivoiriens installés à Lomé après le déclenchement de la crise post-électorale de 2011. Ils seraient encore plus de 5.000 au Togo. Le HCR organise régulièrement des rapatriements. 

Egalement à l’ordre du jour, la situation économique et financière en Afrique de l’Ouest. Faure Gnassingbé dirige l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et Alassane Ouattara est à la tête de la Cédéao. Les pays de la région bénéficient d’une croissance soutenue et de perspectives favorables à moyen terme.

La Côte d’Ivoire, en convalescence, peine toutefois à retrouver son rôle de locomotive. Mais la stabilité qui est de retour devrait conforter son leadership économique régional.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Le rendez-vous annuel des développeurs togolais

Tech & Web

GDG-Lomé organise les 2 et 3 décembre prochains le ‘DevFest’, le rendez-vous annuel des communautés locales de développeurs en collaboration avec Google.

Rencontre Faure-Buhari à Abuja

Cédéao

Le président de la Cédéao, Faure Gnassingbé, s'est entretenu mardi à Abuja avec son homologue nigérian.

Spectaculaire progression du Togo

Développement

Le Togo enregistre une très forte progression en matière de développement humain, selon l'index Mo Ibrahim publié lundi.

Approches innovantes et méthodiques

Développement

Les bénéficiaires de projets de développement initiés par le PNUD ne sont pas assez impliqués dans leur réalisation.