Bombes à sous-munitions : conférence à Lomé

21/05/2013
Bombes à sous-munitions : conférence à Lomé

Lomé abrite du 22 au 23 mai une conférence régionale consacrée aux armes à sous-munitions et à la nécessité pour les pays africains de se doter d’une réglementation appropriée.

Techniquement, une arme à sous-munitions est une munition conventionnelle conçue pour répandre ou libérer des sous-munitions explosives, dont chacune pèse moins de 20 kilos.

Le taux de non-explosion rend les sous-munitions particulièrement dangereuses pour les civils, qui continuent d'être estropiés ou tués des années ou même des décennies après la fin des hostilités. 

Le Togo organise cette conférence en qualité d’Etat partie, en collaboration avec le Ghana et avec l’appui du gouvernement norvégien.

La Convention des Nations Unies sur les armes à sous-munitions interdit l'utilisation, la production, le transfert et le stockage des bombes de cette nature. Elle établit également des engagements importants en matière d'aide aux victimes, de déminage des zones contaminées et de destruction des stocks.

Heureusement, le Togo n’a jamais connu de guerre. Pas de risque donc de retrouver des mines et des sous-munitions enfouis dans le sol. Il est important toutefois que ce pays, comme les autres Etats africains, ratifient la convention.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'Allemagne laboure le Togo

Coopération

Depuis la reprise de la coopération avec le Togo, l’Allemagne est particulièrement active dans le secteur de l’agriculture.

Pendant les Evala, la roue tourne

Sport

Coup d’envoi mardi du Grand Prix de la Kozah, une course cycliste qui mènera le peloton de Lomé à Kara (Nord du Togo).

Schéma directeur sur le numérique

Tech & Web

Une étude sur la mise en place d’un schéma d’aménagement numérique vient d'être rendue publique.

Les greffiers à la recherche de solutions consensuelles

Justice

Les greffiers du Togo souhaitent l’ouverture rapide d’un dialogue avec les pouvoirs publics pour discuter de leur statut.