Climat tendu à New York

22/09/2009
Climat tendu à New York

Une centaine de chefs d'Etat et de gouvernement, dont le président du Togo, Faure Gnassingbé, se retrouvent mardi à l'ONU pour tenter de redonner un élan aux négociations internationales sur le changement climatique qui paraissent dans l'impasse.

A moins de trois mois de la conférence de Copenhague pour conclure un accord sur une réduction contraignante des gaz à effet de serre devant succéder au protocole de Kyoto en 2013, plusieurs responsables ne dissimulent pas leur pessimisme en raison de la division persistante entre pays industrialisés et en développement sur les moyens de combattre le réchauffement.Inquiet de la tournure des négociations, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a pris l'initiative de ce sommet qui s'ouvre à 13H00 GMT.

"Je les presse de parler et d'agir en dirigeants mondiaux, au-delà de leurs frontières nationales", avait il lancé en fin de semaine dernière.

"C'est l'occasion pour les responsables de la planète de montrer qu'ils sont sérieux quant au changement climatique", a lancé lundi devant quelques journalistes Yvo de Boer, le responsable de la convention de l'ONU sur le climat.

Après le sommet de l'ONU, les leaders des pays industrialisés et des grandes économies émergeantes se retrouveront les 24 et 25 à Pittsburgh (Pennsylvanie, est) au G20, où les ministres des Finances doivent présenter des propositions sur le financement des aides aux pays en développement pour combattre le réchauffement climatique.

Le discours du président Barack Obama est particulièrement attendu alors que le Sénat américain traîne des pieds pour adopter après la Chambre des représentants en juillet, un projet de loi sur le climat et l'énergie, ce qui rend furieux les Européens qui accusent Washington de ne pas respecter ses engagements internationaux.

Nombre de démocrates modérés et l'opposition républicaine au Sénat sont hostiles à la création d'un marché d'émissions de CO2 dit "cap and trade" sans que les grands pays émergents comme la Chine et l'Inde en fassent autant, estimant que les industries et les ménages américains seraient pénalisés.

Or ces pays n'ont pas jusqu'à présent accepté de mettre en place un tel système. L'Inde a ainsi annoncé le 17 septembre qu'elle appliquerait ses propres objectifs de réduction des émissions de CO2 et résisterait aux demandes contraignantes venant de l'extérieur.

Il y a peut-être un espoir sur ce front. Selon Yvo de Boer, le président chinois Hu Jintao devrait annoncer mardi au sommet de l'ONU des mesures ambitieuses visant à réduire les émissions de gaz à effets de serre de son pays.

La Chine a récemment surpassé les Etats-Unis comme le plus grand émetteur de gaz à effet de serre de la planète. Ces deux pays comptent ensemble pour plus de 40% des émissions carboniques du globe.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'Europe un peu plus abordable

Tourisme

459.000 Fcfa, c’est le prix d’un billet entre Lomé et Paris (ou l’Europe) en ce moment sur Air France.

Votez pour eux !

Culture

Toofan a été nominé aux MTV Africa Music Awards dans la catégorie ‘meilleur groupe’

Comment le numérique va changer la vie des agriculteurs

Tech & Web

A Paris, Cina Lawson a expliqué comment la numérique pouvait s'inscrire dans une logique de développement de l'agriculture. 

'Il n'y a pas de fatalité à la famine'

Développement

Le président Faure Gnassingbé a pris part jeudi à New York à un side event sur le thème de l’élimination de la faim.