Curieuse interprétation

31/03/2009
Curieuse interprétation

Le Département d'Etat a rendu public lundi la version française du « Rapport 2008 sur Droits de l'Homme au Togo ». L'administration US a pour habitude d'être sévère à l'égard des pays qu'elle audit ; elle ne déroge pas à la règle. A la lecture du document, on a (presque) le sentiment de lire une version datant d'il y a une bonne dizaine d'années. Le plus surprenant est le préambule qui note que «de sérieux problèmes des droits de l'homme demeurent, y compris l'incapacité partielle des citoyens à changer leur gouvernement ».

Que sous-entend le Département d'Etat ? D'autant plus étrange que quelques lignes plus bas, on peut lire que « Des observateurs internationaux et nationaux ont supervisé les élections (législatives d'octobre 2007, ndlr) qu'ils ont déclarées généralement libres, équitables, transparentes, et paisibles ».Rappelons au passage que les Togolais ont la capacité de changer leurs dirigeants à chaque élection, comme c'est le cas aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde.

Pour le reste, le rapport n'est pas complaisant. Il reconnaît cependant l'existence d'une presse libre, indépendante et critique à l'égard du pouvoir et un accès à internet et aux courriers électroniques qui se fait sans restrictions. Ouf !

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Guinée Bissau : non aux sanctions !

Cédéao

Les 19 personnalités bissau-guinéennes, récemment sanctionnées par la Cédéao pour non respect de l’Accord de Conakry, constestent cette décision.

La mode dans tous ses états

Culture

Le FIMO 228, Festival international de la mode au Togo, s’est ouvert mardi à l’hôtel Ibis de Lomé.

Faussaires expérimentés sous les verrous

Faits divers

Plusieurs centaines de cartes d’identité, de passeports et de nombreux documents administratifs togolais et étrangers ont été saisis par la police.

Il faut parfois savoir faire des concessions

Justice

Le Collectif des associations contre l’impunité au Togo (CACIT) a salué mardi la grâce présidentielle en faveur de 45 manifestants de l'opposition.