Damas doit respecter la date butoir

10/04/2012
Damas doit respecter la date butoir

Le Conseil de sécurité, dont le Togo est membre, a appelé mardi les autorités syriennes à cesser les combats avant le jeudi 12 avril, rapporte le site onutogo.org.

Dans une déclaration lue par l'ambassadrice américaine à l'ONU, Susan Rice , le Conseil de sécurité soutient la demande formulée plus tôt par le médiateur international Kofi Annan que les autorités syriennes cessent les combats avant le 12 avril à 06h00, heure de Damas (03H00 GMT).

Le médiateur avait adressé une lettre de trois pages au Conseil déplorant mardi que le régime syrien n'ait pas rempli tous ses engagements de retrait militaire à la date du 10 avril et demandant au Conseil d'inviter instamment pouvoir et opposition à respecter la date limite du 12 avril pour cesser totalement les hostilités.

Je reste convaincu que tout doit être fait pour obtenir une cessation de la violence sous toutes ses formes le 12 avril à 06H00 (heure de Damas), réaffirme M. Annan dans sa missive.

S'adressant à la presse, Mme Rice a rejeté l'idée que le Conseil fixe une nouvelle échéance le 12 avril après avoir laissé passer une première échéance. Je ne vois pas cela comme une nouvelle date limite, la date limite était aujourd'hui, a-t-elle affirmé, ajoutant: le date limite est passée et les violences ont continué.

En photo : le président Faure Gnassingbé et Susan Rice en février dernier au Conseil de sécurité

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.