Deux fauteuils pour trois

03/10/2011
Deux fauteuils pour trois

C’est finalement le 21 octobre prochain qu’aura lieu à New York l’élection des membres non-permanents au Conseil de sécurité de l’ONU pour la période 2012-2013. Les votants sont les pays membres de l’organisation réunis à l’occasion de la 66e Assemblée générale.

Pour l’Afrique, deux sièges sont à pourvoir ; ceux actuellement occupés par le Gabon et le Nigéria, mais trois candidats sont sur les rangs, le Togo, le Maroc et la Mauritanie.

Une situation inédite qui a fait dire au Premier ministre togolais, Gilbert Houngbo, lors de son intervention à la tribune de l’ONU le 24 septembre dernier, qu’il y avait nécessité  « de voir émerger un Conseil de sécurité équilibré et représentatif de toutes les  grandes régions de notre continent (…)».

La compétition est vive et chaque pays candidat mène une campagne de lobbying pour arracher les voix des indécis.

Le Togo a officiellement reçu le soutien de l’Union africaine, de la Cédéao et de l’UEMOA ; un avantage certain, mais pas forcément déterminant.

Si les sièges non-permanents reviennent, selon lest textes des Nations Unies, aux pays les plus impliqués dans les opérations de maintien de la paix - ce qui est le cas du Togo en Côte d’ivoire, au Soudan et au Tchad - dans la pratique, les votes donnent lieu à des marchandages et des renvois d’ascenseur qui n’ont pas grand chose à voir avec le déploiement de Casques Bleus.

Raison pour laquelle le résultat de l’élection reste incertain jusqu’à la dernière minute d’autant qu’elle se déroule à bulletin secret.

Si le Togo est élu, il disposera d’une influence très importante au sein du Conseil de sécurité dans lequel chaque membre dispose d'une voix. 

En outre, selon la Charte de l’ONU, tous les membres acceptent et appliquent les décisions du Conseil de sécurité ; les autres organes n'adressent aux gouvernements que des recommandations.

Le Conseil de sécurité est le seul à pouvoir prendre des décisions que les pays sont tenus d'appliquer. C’est dire si, pour les autorités togolaises, l’enjeu est d’importance.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Du porte à porte pour lutter contre le sida

Santé

27.989 habitants de Lomé sont directement touchés par le sida. La grande majorité est traitée par ARV.

Le PNUD est à un moment décisif de sa coopération avec le Togo

Développement

Helen Clark, la patronne du PNUD, s’est entretenu mercredi à Lomé avec le Premier ministre et le ministre de l’Economie et des Finances

Le combat d'Helen Clark contre la pauvreté

Développement

Helen Clark, l’Administrateur du PNUD, a entamé mercredi une visite de 24h au Togo. Au programme, un appui au PUDC et aux femmes.

Les tailleurs de pierre ont de l'avenir

Coopération

Dans la région des Savanes et de la Kara, la pierre est une ressource naturelle. Des jeunes sont formés aux techniques de taille.