Dramani et Koffigoh dans le chaudron de la Côte d’Ivoire

25/11/2010
Dramani et Koffigoh dans le chaudron de la Côte d’Ivoire

La mission d'observation de l'Union européenne a appelé mercredi la commission électorale ivoirienne à lui assurer un libre accès à l'organisation du second tour de la présidentielle de dimanche, dénonçant des "pratiques d'obstruction" depuis le premier tour.
Dans un communiqué, la mission d'observation électorale de l'Union européenne (MOE-UE, 120 personnes) "appelle la Commission électorale indépendante (CEI) à la responsabilité afin qu'elle assure à ses observateurs un accès à l'ensemble du processus électoral".
Le second tour de la présidentielle, censée mettre fin à une décennie de crise politico-militaire, opposera dimanche le sortant Laurent Gbagbo à l'ex-Premier ministre Alassane Ouattara. Jeudi soir, un débat télévisé opposera les deux candidats.
Dans ce contexte tendu, marqué également par des affrontements réguliers à Abidjan, plusieurs observateurs togolais sont à pied d’œuvre à Abidjan pour s’assurer que le scrutin du 28 novembre se déroule dans la paix et dans la transparence.
Damma Dramani (photo), le président du groupe parlementaire RPT, dirige la délégation d’observateurs de l’Uemoa ; quant à l’ancien Premier ministre du Togo, Joseph Kokou Koffigoh, il fait partie de celle de l’Union africaine.
M. Dramani a déclaré jeudi que « Les deux candidats sont des hommes d’Etat, je pense qu’ils n’ont aucun intérêt à ce que la situation dégénère ».

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Partage des ressources

Coopération

L’Autorité du bassin du Mono (ABM) tient depuis vendredi à Lomé sa session ministérielle.

En toute amitié

Sport

Les Eperviers se rendront au mois d’octobre en Russie pour rencontrer en match amical l’Iran (5 octobre).

Un moyen efficace de combattre le paludisme

Santé

La campagne de distribution de moustiquaires imprégnées a débuté jeudi à Notsé.

Armes retrouvées à Sokodé

Faits divers

Lors de la manifestation organisée le 19 août par le PNP (opposition) à Sokodé, des armes avaient été volées dans le commissariat avant qu’il ne soit la proie des flammes.