Economies à tous les étages

30/06/2017
Economies à tous les étages

L'ONU n'a plus les moyens d'entretenir ses missions de paix

Le Conseil de sécurité des Nations unies a entériné jeudi une réduction majeure de la mission de maintien de le paix au Darfour (Minuad).

Le Conseil a approuvé à l'unanimité la résolution britannique proposant de réduire d'au moins 30% le nombre de militaires et de policiers servant au sein de la Minuad, un mission conjointe entre l'ONU et l'Union africaine. 

Déployée en 2007, la Minuad compte actuellement 17.000 hommes chargés de lutter contre les violences au Darfour où des groupes armés issus de minorités ethniques et se plaignant de la marginalisation de leur région avaient lancé une rébellion en 2003 contre le régime soudanais d'Omar el-Béchir. 

Un contingent togolais est présent au sein de cette force depuis plusieurs années. Il s’agit principalement de policiers.

La décision de l’ONU est motivée par le souci de faire des économies.

Le budget annuel de la Minuad est d'un peu plus de un milliard de dollars, l'une des plus importantes et des plus coûteuses pour les Nations unies.

L'Assemblée générale des Nations unies doit voter vendredi une réduction du budget global des opérations de maintien de la paix pour l'an prochain, à 7,3 milliards de dollars au lieu de 7,87 milliards actuellement.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Sortir de la pauvreté, c'est possible

Développement

Le président Faure Gnassingbé a lancé jeudi à le projet de développement rural de la plaine de  (PDRD).

As Togo-Port rencontrera un club soudanais le 10 mars

Sport

As Togo-Port rencontrera le 10 mars prochain à Lomé Al Hilal FC du Soudan à l’occasion des 16e de finale de la Ligue africaine des champions de la CAF.

Les notaires togolais vont passer à l'Acte authentique électronique

Justice

Le nouveau président de la Chambre des notaires, Me David Koffi Tsolenyanu, a pris ses fonctions jeudi.

Guinée Bissau : non aux sanctions !

Cédéao

Les 19 personnalités bissau-guinéennes, récemment sanctionnées par la Cédéao pour non respect de l’Accord de Conakry, constestent cette décision.