Elliot Ohin à Abuja

08/06/2010
Elliot Ohin à Abuja

Le nouveau ministre togolais des Affaires étrangères, Elliot Ohin (UFC), participe depuis lundi à Abuja à une réunion organisée par le Conseil de médiation et de sécurité de la Cédéao.
Pendant deux jours, les représentants des pays membres discutent des questions d’insécurité et d’instabilité politique en Afrique de l’Ouest.
Lundi, ils ont évoqué la situation en Guinée, en Guinée Bissau et au Niger appelant à la constitution d’armées professionnelles encadrées par des régimes démocratiques.
Les membres de la Cédéao ont appelé à des élections transparentes et crédibles en Guinée (prévues le 27 juin) et demandé à la junte nigérienne de mettre en œuvre en totalité l’agenda de la transition pour l’organisation d’élections démocratiques.
Ils ont espéré l’organisation rapide de l’élection présidentielle e Côte d’Ivoire.
Les participants ont également abordé la question du trafic d’armes légères qui constitue une menace pour la paix et la sécurité.
De manière générale, la Cédéao note une amélioration du climat de sécurité en Afrique de l’Ouest par rapport à l’année dernière et un renforrement de la démocratie, citant en particulier des « élections réussies » au Togo et la formation d’un gouvernement de large union.
Enfin, les membres de la Cédéao se sont penchés sur l’épineuse question de la lutte contre le trafic de drogue. La région est devenue une zone de transit pour les cartels colombiens, vénézuéliens et mexicains.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Evala : clap de fin

Culture

Les luttes traditionnelles en pas Kabyè sont presque terminées. Faure Gnassingbé a assisté samedi aux ultimes rencontres.

Vous développez un projet structurant ?

Coopération

Des représentants togolais participeront du 17 au 19 septembre à Genève à la 2e conférence internationale des jeunes francophones (CJF).

26 pays représentés au prochain sommet de Lomé

Cédéao

La Cedeao et la Ceeac tiendront sommet le 30 juillet à Lomé pour discuter terrorisme et lutte contre la radicalisation. 

C'est bien, mais peut mieux faire

Uemoa

Les Etats membres de l’UEMOA doivent renforcer leurs capacités de mobilisation des recettes fiscales.