Faure Gnassingbé a reçu un responsable du Polisario

11/09/2016
Faure Gnassingbé a reçu un responsable du Polisario

Khalil Mayara et Faure Gnassingbé (médaillon)

Le président Faure Gnassingbé a reçu samedi à Lomé Hamdi Khalil Mayara, le ministre des Affaires africaines du Front Polisario, indique l’agence Sahara Press Service.

Le responsable sahraouie a remis un message de son président Brahim Ghali.

Les deux hommes ont évoqué la coopération bilatérale et les les ‘blocages’ observés aux Nations Unies concernant l’autodétermination du peuple sahraoui.

Lomé a toujours appuyé les revendications marocaines concernant le Sahara occidental. 

Rabat est en faveur d’une autonomie sous souveraineté marocaine et refuse tout référendum d’autodétermination proposé par le Polisario et l’Algérie.

L'indépendance de cette ancienne colonie espagnole avait été proclamée par le Front Polisario (Front pour la libération du Sahara occidental et du Rio del Oro), créé en 1973. 

Après des années de lutte armée, un cessez-le-feu a été instauré en 1991 avec le déploiement de troupes de l’ONU (Minurso).

Depuis quelques jours, la situation est tendue dans la région de Guerguerat, dans le sud du Sahara occidental, où des forces de sécurité du Maroc et du Front Polisario se font face, au risque d'un affrontement.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Intégration technologique

Tech & Web

La Cédéao veut parvenir à l’intégration, y compris pour tout ce qui concerne le secteur des télécommunications, très porteur.

Au Maroc, Agadazi explique comment le Togo combat la pauvreté

Développement

Lutter contre la pauvreté est a priorité des priorités pour le gouvernement. De nombreuses initiatives ont vu le jour.

L'AIBA veut populariser la boxe au Togo

Sport

L’International boxing association (AIBA) a lancé vendredi l’année de la boxe en Afrique destinée à promouvoir cette discipline sur le continent.

Une justice en mouvement

Justice

Une étude réalisée par Afrobaromètre révèle que dans la plupart des pays africains, des obstacles majeurs entravent encore l'accès des citoyens à la justice.