Fin du sommet de Margarita

28/09/2009
Fin du sommet de Margarita

Le deuxième sommet Amérique du Sud-Afrique (ASA) s'est achevé dimanche sur l'île de Margarita au Venezuela. Un sommât auquel a participé le président du Togo, Faure Gnassingbé.

Le président du Venezuela Hugo Chavez et son homologue libyen Mouammar Kadhafi ont lancé à cette occasion un appel à l'union de leurs deux régions pour établir un nouvel équilibre mondial."Nous commençons à mettre en oeuvre ce processus qui nous semble vital: l'union de l'Amérique du Sud et de l'Afrique", a déclaré le dirigeant socialiste.

"Le monde du XXIe siècle sera multipolaire. On ne parlera plus de monde bipolaire. L'Afrique sera un grand pôle du XXIe siècle. Elle commence déjà à l'être et l'Amérique du Sud aussi. Nous formerons de véritables puissances et notre union contribuera à l'équilibre du monde", a ajouté M. Chavez.

Le chef de file de la gauche radicale en Amérique latine, toujours en quête de soutiens à sa croisade anti-impérialiste, a reçu l'appui de son grand allié libyen, qui a appelé à la création d'une "alliance du Sud".

"Nous avons nos droits, dont celui de créer nos organisations pour notre propre développement", a déclaré M. Kadhafi, président en exercice de l'Union africaine, évoquant notamment la création d'une "Otan du Sud" d'ici 2011.

Il a aussi prôné une réforme du Conseil de sécurité des Nations unies, pour mieux représenter l'ensemble des pays membres de l'ONU, une position partagée par le Brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, qui revendique depuis longtemps un siège permanent au sein de ce conseil.

"Il n'y a pas de défi mondial que l'Afrique et l'Amérique du Sud ne puissent affronter ensemble, ni de défi qui puisse être affronté sans l'Amérique du Sud et l'Afrique", a ajouté Lula.

Depuis le premier sommet ASA fin 2006, la coopération sud-sud entre les deux régions est cependant restée balbutiante.

"Le bilan est vraiment très faible", a déploré M. Chavez.

Le président du premier exportateur latino-américain de brut a notamment proposé de travailler sur la création d'une compagnie publique plurinationale, chargée d'alimenter en carburant les deux régions, qu'il a baptisée "Petrosur".

Il a également confirmé sa volonté de construire une raffinerie en Mauritanie et a lancé l'idée d'en bâtir une autre en Guinée équatoriale.

Les présidents présents se sont par ailleurs mis d'accord sur la création d'un secrétariat de l'ASA et d'une réunion régulière d'un groupe de présidents pour étudier l'avancée des projets. L'organisation du prochain sommet en 2011 a en outre été confiée à la Libye.

Les chefs de l'Etat ont également demandé le "retour immédiat au pouvoir" du président élu du Honduras Manuel Zelaya, renversé fin juin par un coup d'Etat.

Il a réussi à rentrer lundi dans son pays mais est depuis réfugié à l'ambassade du Brésil à Tegucigalpa.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Solution en vue à Bissau ?

Cédéao

Le président de la Cédéao, Faure Gnassingbé, a rencontré vendredi à Abuja son homologue de Guinée Bissau.

Innover pour une santé de meilleure qualité

Santé

Le président Faure Gnassingbé s’est rendu jeudi au CHR d’Atakpamé (région des Plateaux) qui expérimente depuis plusieurs mois un processus de gestion externe.  

Les priorités de la BM pour 2018

Développement

Joëlle Dehasse, la représentante de la Banque mondiale à Lomé, a indiqué les priorités de son institution pour l’année prochaine. 

Cina Lawson s'intéresse à la green tech

Environnement

Cina Lawson a assisté lundi à Paris au  ‘Tech for Planet’ organisé en marge du One Planet Summit.