‘Forger un avenir commun’

05/04/2016
‘Forger un avenir commun’

Johannes Singhammer

Le vice-président du Bundestag, Johannes Singhammer, effectue une visite au Togo dans le cadre du Forum de coopération organisé entre le Togo et l’Allemagne.

Dans un entretien accordé à Republicoftogo.com, cet élu de la CDU/CSU souligne la volonté du Parlement allemand et du gouvernement fédéral de forger un avenir commun. Pour lui, l’aide publique au développement et la mobilisation du secteur privé sont de nature à assurer le développement du pays.

Republicoftogo.com : La présence d’une délégation allemande au Togo est symbolique après deux décennies de froid entre les deux pays

Johannes Singhammer : C’est effectivement un acte fort. Ce déplacement est d’autant plus symbolique que vous avez ici à Lomé une délégation politique et une autre composée d’hommes d’affaires. Il y a des députés, des entrepreneurs, des banquiers et des représentants d’importantes fondations.

Republicoftogo.com : Le fait que le Togo soit une ancienne colonie allemande est-il un atout pour renforcer la coopération politique, l’aide publique au développement et l’investissement privé ?

Johannes Singhammer : Certes, l’Allemagne et le Togo partagent une histoire commune, mais le plus important aujourd’hui est de regarder l’avenir. Cette histoire coloniale est heureusement révolue. Aujourd’hui, notre volonté est de forger un avenir commun. Il existe une communauté de destin. 

Republicoftogo.com : Quelle importance le Bundestag accorde-t-il à la coopération avec l’Afrique et en particulier avec le Togo ?

Johannes Singhammer : Le Bundestag a un rôle décisif en matière d’aide, car c’est à lui que revient le soin de déterminer le budget. Ce sont les députés qui déterminent le volume et le pays auquel il est attribué. Et c’est le Parlement qui au final donne son feu vert.

Republicoftogo.com : Un Groupe d’amitié Allemagne-Togo a été créé l’année dernière au Bundestag. Peut-il être une courroie de transmission efficace dans la dynamisation des échanges à tous niveaux entre les deux pays ?

Johannes Singhammer : Certainement. A la fois sur le plan politique et parlementaire et sur le volet économie/investissements. D’ailleurs et vous l’avez constaté, les hommes d’affaires sont venus très nombreux à Lomé pour ce Forum.

L’approche du Bundestag, comme celle du gouvernement fédéral est d’aider le Togo dans les domaines de la formation professionnelle des jeunes, de l’agriculture, de la santé, etc…

Tous ces projets avec l’appui du Bundestag et les recommandations faites à notre gouvernement sont de nature à assurer le développement du Togo.

L’aide publique doit être basée sur le principe du gagnant-gagnant, c’est crucial pour le succès de notre entente. 

Republicoftogo.com : Les investissements allemands sont encore modestes au Togo. Comment faire en sorte d’attirer ici plus d’entreprises ?

Johannes Singhammer : Je dois vous dire qu’il y a de plus en plus d’entreprises allemandes qui souhaitent investir au Togo. Il y a beaucoup d’entrepreneurs allemands qui sont plutôt orientés vers l’Asie du sud-est avec des investissements considérables. Je ne cesse de leur répéter que le continent d’expansion naturelle est le continent voisin, c’est à dire l’Afrique.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Subventions US aux ONG togolaises

Santé

Le Fonds des ambassadeurs pour l’Afrique de l’Ouest (WAAF) est un dispositif initié par les Etats-Unis, via USAid, destiné à améliorer la santé de la population.

Le vivre ensemble passe par les cultures

Diaspora

lLa Semaine de l’intégration africaine se poursuit à Lomé. Mercredi, les participants ont pu assister à animations culturelles.

Erreurs de jeunesse

Social

Kondé Sangbana, le président du Conseil national du dialogue social (CNDS), a rappelé mercredi le rôle primordial de l’institution qu’il dirige pour régler les conflits.

Fonctionnement de la justice perturbé

Justice

Le fonctionnement de la justice est perturbé depuis le début de la semaine par une grève des greffiers qui réclament une amélioration de leur condition de vie et de travail.