Inquiétudes régionales

17/09/2015
Inquiétudes régionales

L'armée semble contrôler la situation

Le chef de l'Etat sénégalais Macky Sall, président en exercice de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), se rendra vendredi au Burkina Faso où des putschistes ont renversé les autorités de transition, a-t-on appris de source officielle sénégalaise.

M. Sall avait été l'émissaire de la Cédéao durant la crise burkinabè après le renversement du président Blaise Compaoré en octobre 2014.

L'ONU, l'Union africaine et la Cédéao ont condamné conjointement mercredi la prise en otage du président intérimaire Michel Kafando et de son Premier ministre Isaac Zida, exigeant leur libération.

Dans une déclaration finale lors de son sommet extraordinaire le 12 septembre à Dakar, la Cédéao exhortait le Groupe de soutien à la transition au Burkina Faso à poursuivre ses efforts de sensibilisation de toutes les parties prenantes afin d'assurer le maintien de la stabilité politique à l'approche des élections présidentielle et législatives prévues le 11 octobre.

Elle donnait également instruction à sa Commission de poursuivre son soutien en vue de favoriser le dialogue entre les parties à toutes les étapes du processus électoral, afin de réduire au minimum les risques de désaccord pouvant déboucher sur des conflits.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Intégration technologique

Tech & Web

La Cédéao veut parvenir à l’intégration, y compris pour tout ce qui concerne le secteur des télécommunications, très porteur.

Au Maroc, Agadazi explique comment le Togo combat la pauvreté

Développement

Lutter contre la pauvreté est a priorité des priorités pour le gouvernement. De nombreuses initiatives ont vu le jour.

L'AIBA veut populariser la boxe au Togo

Sport

L’International boxing association (AIBA) a lancé vendredi l’année de la boxe en Afrique destinée à promouvoir cette discipline sur le continent.

Une justice en mouvement

Justice

Une étude réalisée par Afrobaromètre révèle que dans la plupart des pays africains, des obstacles majeurs entravent encore l'accès des citoyens à la justice.