Juste milieu entre ambition et réalisme

29/11/2010
 Juste milieu entre ambition et réalisme

Le troisième sommet entre l'Union européenne et l'Afrique s’ouvre lundi en début d'après-midi en Libye en présence du président du Togo, Faure Gnassingbé arrivé en fin de matinée dans la capitale libyenne.
Lors de cet événement, qui a pour thème principal «l'investissement, la croissance économique et la création d'emplois», les chefs d'État et de gouvernement examineront un certain nombre de dossiers clés comme la paix et la sécurité, le changement climatique, l'intégration régionale et le développement du secteur privé, les infrastructures et l'énergie, l'agriculture et la sécurité alimentaire, les migrations.
Les engagements politiques des leaders européens et africains seront traduits dans le plan d'action (2011-13) qui sera adopté lors du Sommet. Dans ce plan d'action figurent des actions concrètes ayant pour but de renforcer la coopération dans les 8 partenariats UE-Afrique, mais aussi de nouveaux domaines d'action prometteurs.

Les Objectifs du Sommet de Tripoli
Lors de ce troisième sommet, l'Afrique et l'Europe devront prouver qu'elles peuvent unir leurs efforts et honorer les engagements ambitieux pris à Lisbonne. Elles doivent évaluer les progrès accomplis dans le cadre des huit partenariats thématiques de la stratégie commune, traduire leurs ambitions en résultats plus concerts et s'accorder sur les priorités de leur coopération pour les années à venir.
Principaux thèmes
Les chefs d'État et de gouvernement examineront les grands dossiers thématiques intéressant les deux continents et s'accorderont sur les résultats concrets à obtenir et sur les initiatives phare à mettre en place pour l'avenir du partenariat. L'ensemble des acteurs concernés s'emploient à définir un ordre du jour précis, mais la croissance et le développement économiques, la paix et la sécurité, les objectifs du millénaire pour le développement et le changement climatique devront être au cœur des débats.
Plan d’action 2011-2013
Les participants au sommet devraient adopter le deuxième plan d'action (2011-2013) de la stratégie commune Afrique-UE. Lors de la 14e réunion ministérielle Afrique-UE, qui a eu lieu en avril 2010, les ministres ont pris note des attentes et des enjeux avant la tenue du sommet et exhorté l'ensemble des acteurs à redoubler d'efforts, en particulier en ce qui concerne l'élaboration du plan d'action pour 2011-2013.
Il convient de trouver un juste milieu entre ambition et réalisme. Le nouveau plan d'action s'appuiera sur les feuilles de route existantes et tiendra compte de l'expérience acquise et des résultats obtenus les années précédentes. Les initiatives auront une réelle valeur ajoutée au niveau régional, continental ou international et contribueront à la mise en œuvre des approches novatrices de la stratégie commune visant à porter le partenariat «au-delà du développement, au-delà de l'Afrique et au-delà des institutions».
L'ensemble des partenaires devraient formuler des suggestions sur les modalités pratiques des huit partenariats thématiques. Dans le cadre de l'élaboration du prochain plan d'action 2011-2013, les deux parties se sont également engagées à examiner les moyens d'améliorer l'efficacité opérationnelle du partenariat.
Un partenariat axé sur les personnes: toutes les parties sont concernées
Compte tenu de leur importance pour l'intégration africaine, il est indispensable que les communautés économiques régionales et sous-régionales (CER) d'Afrique s'engagent davantage dans le cadre du partenariat Afrique-UE.
D'autres acteurs, comme les parlements, la société civile ou le secteur privé, ont également été associés à la stratégie et sont invités à unir leurs efforts pour la mettre en œuvre.
Cette approche inclusive, allant au-delà des institutions, sera appliquée durant le sommet lui-même.

En photo ; José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais veulent encore plus de débit

Tech & Web

L’édition 2016 du Forum national sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) au Togo se déroule depuis mercredi à Lomé.

L’urgence n’attend pas

Développement

22 localités vont bénéficier d'équipements publics grâce au financement assuré par le Programme d’urgence de développement communautaire.

L'Allemagne appuie le système de santé

Santé

L'Allemagne va aider le Togo à améliorer sa stratégie de planification familiale et de promotion des droits sexuels et reproductifs.

Méningite : il n’y a pas de fatalité

Santé

La 13e  réunion annuelle sur la surveillance, la préparation et la réponse aux épidémies de méningite en Afrique s’est ouverte lundi à Lomé.