Kossivi Ayikoe : « Il y a eu une réelle avancée à Rio »

20/06/2012
Kossivi Ayikoe : « Il y a eu une réelle avancée à Rio »

Le sommet sur le développement durable s’est ouvert mercredi au Brésil en présence de nombreux chefs d’Etat et de gouvernement et de plusieurs dizaines de ministres.

Le Togo est représenté à Rio+20 par le ministre de l’Environnement, Kossivi Ayikoe (photo).

Cette rencontre a pour objectif de trouver les moyens de préserver la planète et d'améliorer la vie des ses habitants, notamment les plus pauvres.

Vendredi la déclaration finale du sommet, entérinée mardi in extremis par tous les délégués des Etats, devrait être paraphée

Qu’attend le Togo de cette conférence ? La lutte contre le réchauffement climatique et les inondations sera-t-elle évoquée au cours de sommet ? Les énergies renouvelables pourront-elles elles prendre le relais à terme dans le pays ? Autant de questions auxquelles répond Kossivi Ayikoe.

Republicoftogo.com : Les délégués de Rio+20 sont parvenus mardi à un accord à l'arraché sur un projet de déclaration finale. Le texte vous donne-t-il satisfaction ?

Kossivi Ayikoe : C’est une version assez consensuelle. Les pays n’ont pas obtenu tout ce qu’ils voulaient, mais il y a une avancée.  Il y a en tout cas l’adhésion des pays développés, ce qui est très important.

Concernant les négociations sur le climat, qui ont abouti à une mise en parenthèse du protocole de Kyoto, il y a une forte évolution entre Rio et Rio+20.

Sur les questions du financement, point très important pour les pays africains, on a bien évolué également, même si les PMA (pays les moins avancés) ne sont pas parvenus à obtenir des engagements chiffrés. Mais enfin, il y aura des mécanismes très précis qui seront établis. C’est donc encourageant.

Republicoftogo.com : Les pays européens demandaient qu'une place plus grande soit faite au Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) pour qu’il accède au titre d'organisation onusienne pleine et entière. Mais cette proposition, semble-t-il, n’a pas été retenue dans le projet de déclaration finale

Le ministre à la séance d'ouverture du sommet de Rio

Kossivi Ayikoe : Non, un pas en avant a été franchi. Le Groupe africain a milité pour faire évoluer le PNUE, on a même discuté pour trouver un nom à la nouvelle entité. Ce sera, peut-être, l’organisation des Nations Unies pour l’environnement. Tout cela sera finalisé dès aujourd’hui à l’ouverture du sommet.

Republicoftogo.com : La participation du Togo à ce sommet est importante. Les questions de développement durable ne peuvent être négligées, mais surtout les changements climatiques sont une préoccupation quotidienne pour les autorités

Kossivi Ayikoe : Bien sûr. Et je dois dire que nous n’avons pas attendu Rio+20 pour nous y intéresser. Des efforts très importants sont faits par le Togo pour faire face aux évolutions climatiques et à ses conséquences extrêmes comme les inondations et la sécheresse. 

La nouvelle version de la déclaration finale de Rio+20 contient un certain nombre de décisions très importantes sur ces questions.

Je dois dire que le sérieux avec lequel le Togo a traité le problème des inondations en zone urbaine et rurale nous permet d’accéder plus facilement à des financements internationaux.

Republicoftogo.com : A Rio, il est aussi question d’énergie renouvelable. Où en est le Togo ?

Kossivi Ayikoe : Il a y plusieurs projets à l’étude, notamment un parc de 24 éoliennes situé dans les marécages le long du fleuve Zio. L’Afrique commence à s’y mettre. Le Kenya va investir près de 600 millions de dollars pour un projet qui vise à élever 365 éoliennes sur 162 km2 à proximité du Lac Turkan.

Concernant l’énergie solaire et la biomasse, nous avons reçu plusieurs propositions d’opérateurs privés que nous étudions actuellement.

Informations complémentaires

Rio+20 Déclaration finale.pdf 391,13 kB

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais veulent encore plus de débit

Tech & Web

L’édition 2016 du Forum national sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) au Togo se déroule depuis mercredi à Lomé.

L’urgence n’attend pas

Développement

22 localités vont bénéficier d'équipements publics grâce au financement assuré par le Programme d’urgence de développement communautaire.

L'Allemagne appuie le système de santé

Santé

L'Allemagne va aider le Togo à améliorer sa stratégie de planification familiale et de promotion des droits sexuels et reproductifs.

Méningite : il n’y a pas de fatalité

Santé

La 13e  réunion annuelle sur la surveillance, la préparation et la réponse aux épidémies de méningite en Afrique s’est ouverte lundi à Lomé.