L'Afrique prend date

14/09/2015
L'Afrique prend date

Quatre jours d'intenses discussions

Prévu initialement du 2 au 7 novembre prochains, le sommet de l’Union africaine (UA) sur la sécurité maritime et le développement en Afrique sera finalement ramassé sur 4 jours pour plus d’efficacité des débats.

Du 4 au 7 novembre, Lomé se prépare à accueillir près de 5.000 participants : chefs d’Etat et de gouvernement, ministres africains et étrangers, experts et journalistes.

Selon le programme officiel, la conférence débutera avec la réunion du comité des représentants permanents, suivi par la session ministérielle et le sommet extraordinaire de l’UA.

Seront évoquées les questions relatives à la piraterie maritime – un fléau dans le Golfe de Guinée – à la lutte contre le terrorisme, à la pêche illégale, à la protection de l’océan , à la lutte contre l’érosion côtière et à la migration. Pour les organisateurs, le gouvernement togolais et l’UA, la finalité est de faire de l’océan un source de développement pour les populations riveraines.

Le président Faure Gnassingbé peut compter sur la présence de nombreux chefs d’Etat. Il s’est rendu la semaine dernière successivement au Zimbabwe, au Nigeria et au Sénégal où se tenait un sommet de la Cédéao, pour transmettre une invitation officielle aux leaders africains. 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.

Administration bien plus rapide

Tech & Web

Le président Faure Gnassingbé a inauguré lundi le réseau e-gouvernement. 560 administrations sont reliées entre-elle par fibre optique.

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.