L'Europe partenaire pour le développement

09/05/2016
L'Europe partenaire pour le développement

Nicolas Berlanga-Martinez

Chaque année, le 9 mai, la Journée de l’Europe célèbre la paix et l'unité en Europe. Il s'agit de la date anniversaire de la 'Déclaration Schuman'.

Ce jour-là, en 1950, Robert Schuman, alors ministre français des affaires étrangères, propose dans un discours historique prononcé à Paris une nouvelle forme de coopération politique pour l'Europe, qui rendrait impensable toute guerre entre les nations du continent.

Son ambition était de créer une institution européenne qui rassemblerait et gérerait la production de charbon et d’acier. Un traité établissant un tel organisme est signé moins d’un an plus tard. La proposition de Robert Schuman est considérée comme l'acte de naissance de ce qui est aujourd'hui l'Union européenne.

Cette Journée est aujourd’hui l’occasion de mettre en valeur les atouts de la coopération avec l’Afrique. L’UE est un partenaire de premier pour de nombreux pays comme le Togo. Les appuis financiers sont conséquents et orientés en direction des secteurs prioritaires : lutte contre la pauvreté, assainissement, éducation, santé, bonne gouvernance, …

Le Fonds européen de développement (FED) est le principal instrument d’aide de l’UE en faveur de la coopération au développement avec les États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (pays ACP) et il est financé par les contributions des États membres de l’UE. 

Le Togo bénéfice d’une aide de 216 millions d’euros dans le cadre du XIe FED et d’une d’aide d’urgence d’environ 110 millions.

Pour Nicolas Berlanga Martinez, l’ambassadeur européen à Lomé, cette Journée de l’Europe est une occasion de réfléchir sur les priorités de la présence européenne au Togo.

Depuis la reprise de la coopération entre Lomé et l’institution, les progrès sont réels, estime le diplomate, tant sur le plan politique, qu’économique.

Republicoftogo.com :  Comment se porte la relation entre l’UE et le Togo ?

Nicolas Berlanga-Martinez : Ma réponse doit être claire. Evitons le langage biaisé et les stéréotypes.

Après la reprise de la coopération, suite aux engagements pris par le Togo, on est rentré  dans une phase qualitative et quantitative. Nous venons de lancer les travaux de construction du quatrième lac financé par l’Union Européenne, on a  des projets un peu partout dans les villes secondaires, dans les secteurs de l’eau et de l’assainissement. Un nouveau centre de traitement des déchets va être construit pour la capitale. Ce sont là quelques exemples de cet excellent partenariat.

En même temps, l’objectif de l’UE est d’approfondir la coopération en matière de politiques publiques, d’aider à la formation de l’administration et enfin de favoriser le dialogue politique.

Nous avons, par exemple, plaidé après les élections présidentielles de 2015 pour la relance du processus de décentralisation avec à terme des élections locales.

Notre message semble être passé puisque les autorités togolaises ont annoncé récemment la mise en œuvre de ce processus.

Les progrès évoqués à l’instant ont connu une illustration lors des différentes cérémonies marquant le 56e anniversaire de l’indépendance du pays.

Prenez la nouvelle aérogare. C’est une image formidable pour le visiteur qui arrive au Togo. Regardez l’hôtel du 2 février, sa réhabilitation est impressionnante. Prenez le programme d’assainissement à Lomé qui s’étend pour éviter de nouvelles inondations, c’est une avancée notable.

Republicoftogo.com : Certains reprochent à l’UE de ne pas mettre une pression suffisante sur le gouvernement pour aller plus vite dans les réformes 

Nicolas Berlanga-Martinez : Prenons garde aux accusations simplistes, les messages qui ne prennent pas en compte le contexte particulier dans lequel se trouve le Togo. 

Il faut procéder par étapes, les changements doivent être graduels. Nous appuyons évidemment les démarches constructives. Ainsi, la lettre pastorale des évêques constitue pour nous une approche constructive.

Les réformes doivent s’accomplir selon un rythme précis et adapté aux réalités du Togo.

Republicoftogo.com : Globalement, le Togo a-t-il progressé ?

Nicolas Berlanga-Martinez : C’est évident. Observez le climat apaisé qui a prévalu lors de la présidentielle. C’est un signe très encourageant. Par ailleurs, la mission confiée à l’HCCRUN démontre une volonté de réconciliation. Enfin, la politique de grands travaux, le soutien à la Diaspora ou la lutte contre la pauvreté sont autant de marqueurs de changements profonds.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Coopération agricole avec Israël

Cédéao

Le ministre de l’Agriculture, Ouro-Koura Agadazi, effectue depuis lundi une visite de travail en Israël.

Echange de bons procédés

Union Africaine

Les grandes manœuvres ont débuté pour l’obtention des postes de prestige à l’Union africaine.

Les inégalités entre les genres coûtent une fortune à l'Afrique

Développement

L’édition 2016 du rapport sur le développement humain en Afrique, réalisé par le PNUD, a été présentée lundi à Lomé.

L'engagement des Togolais de l'extérieur

Diaspora

Un membre de la Diaspora a annoncé son intention de créer une institution de micro finance pour venir en aide aux plus démunis.