L’UA va saisir le Conseil de sécurité sur le Mali

07/06/2012
L’UA va saisir le Conseil de sécurité sur le Mali

L’UEMOA, la Cédéao et l’Union africaine ont décidé mercredi de saisir le conseil de sécurité de l’ONU sur la situation au Mali. Le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou Nguesso, actuel président du Conseil de paix et de sécurité de l’UA, avait fait le déplacement de Lomé pour évoquer cette possibilité.

C’est d’ailleurs l’UA qui est habilitée à introduire cette saisine.

Le communiqué final du sommet de l’UEMOA, publié mercredi soir, n’évoque à aucun moment cette hypothèse, se contentant de « saluer les progrès réalisés dans le processus de normalisation politique au Mali ».

Lors de son discours d’ouverture, le président Faure Gnassingbé avait plaidé pour une coopération étroite avec la Cédéao « pour une complémentarité agissante entre les deux institutions, dans la mise en œuvre du chantier paix et sécurité ».

Le recours au Conseil de sécurité pourrait permettre l’envoi d’une force militaire africaine, sous commandement mixte ONU/UA dans le Nord du Mali contrôlé par les Touaregs et des mouvements islamistes.

Mais on en est pas encore là.

Il faut, d’une part, obtenir l’appui des pays membres du Conseil de sécurité -dont le Togo est membre – et, d’autre part, trouver les moyens de financer une telle opération. L’UA à elle seule, n’en a pas la capacité. Enfin, certains pays africains pourraient afficher leurs réticences face à une telle intervention.

En photo : Denis Sassou Nguesso et Faure Gnassingbé mercredi à Lomé

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Subventions US aux ONG togolaises

Santé

Le Fonds des ambassadeurs pour l’Afrique de l’Ouest (WAAF) est un dispositif initié par les Etats-Unis, via USAid, destiné à améliorer la santé de la population.

Le vivre ensemble passe par les cultures

Diaspora

lLa Semaine de l’intégration africaine se poursuit à Lomé. Mercredi, les participants ont pu assister à animations culturelles.

Erreurs de jeunesse

Social

Kondé Sangbana, le président du Conseil national du dialogue social (CNDS), a rappelé mercredi le rôle primordial de l’institution qu’il dirige pour régler les conflits.

Fonctionnement de la justice perturbé

Justice

Le fonctionnement de la justice est perturbé depuis le début de la semaine par une grève des greffiers qui réclament une amélioration de leur condition de vie et de travail.