La démocratie s'impose à tous

10/11/2009
La démocratie s'impose à tous

« Nous savons tous que le chemin de la démocratie est toujours semé d'embûches et le plus dur à faire, c'est d'amener les citoyens à comprendre que la démocratie est une exigence qui s'impose à tous, et surtout qui se construit chaque jour ». C'est ce qu'a déclaré lundi,, Kodjo Menan, le représentant du Togo à l'Onu, à l'ouverture des discussions de l'Assemblée générale des Nations Unies sur le thème : "Appui du Système des Nations Unies aux démocraties nouvelles ou rétablies".

M. Menan a rappelé lors de son intervention les réformes institutionnelles et constitutionnelles engagées par le Togo ; des réformes allant dans le sens de la promotion de la démocratie, du renforcement de l'Etat de droit et de la protection des droits de l'homme.Il a remercié tous les partenaires du Togo, dont les Nations Unies et l'Union Européenne, qui participent « activement », aux côtés de la CENI, à la préparation de l'élection présidentielle.

Voici le discours prononcé par Kodjo Menan le 9 novembre 2009 à la tribune des Nations Unies

Monsieur le Président,

La délégation Togolaise se réjouit de participer au débat sur le point de l'ordre du jour sous examen.

Le rapport du Secrétaire général  sur l'Appui du système des Nations Unies aux efforts déployés par les Gouvernements pour promouvoir et consolider les démocraties nouvelles ou rétablies indique que de nombreuses activités ont été menées, tant aux niveaux bilatéral que multilatéral, dans le cadre de la mise en oeuvre de la résolution 62/7 de l'Assemblée générale. Ma délégation s'en réjouit, car cela démontre de la vitalité du mouvement et de l'engagement de la Communauté internationale, notamment les Nations Unies, à l'accompagner.

Elle se réjouit tout particulièrement  du lancement de la célébration, le 15 septembre 2008, de la Journée Internationale de la Démocratie, heureuse initiative adoptée lors de la 6ème Conférence des Démocraties nouvelles ou rétablies, tenue à Doha en novembre 2006.

Monsieur le Président,

Les Nations Unies sont bâties sur les principes qui privilégient notamment la nécessité de garantir et de protéger la dignité et la valeur de la personne humaine ainsi que de créer les conditions favorables à la promotion d'une paix et d'un développement durables.

Les interventions que nous venons d'écouter confirment l'existence d'un consensus de plus en plus large autour des valeurs fondamentales qui sous-tendent la démocratie, d'une part, et d'autre part, de la nécessité d'user de prudence et de circonspection dans l'adaptation, pour chaque nation, de la nature et du rythme de la consolidation de son processus démocratique.

Il n'est pas, en effet, de modèle unique et les différentes pratiques démocratiques doivent nécessairement respecter les spécificités de chaque culture.

Dès lors, l'ONU ne peut qu'encourager, soutenir et renforcer la démocratie là où elle mérite d'être accompagnée, à travers une assistance multiforme. Tous les pays ont besoin de cette assistance car il n'est pas certain que les principes démocratiques y sont observés dans toute leur plénitude. Du reste, le processus démocratique est une Œuvre de longue haleine et donc perfectible.

Pour ce qui le concerne, le Togo a toujours bénéficié de cette assistance de l'Organisation. Avant même son accession à la souveraineté internationale, cette assistance a contribué à l'organisation des consultations ayant déterminé son avenir, et après son indépendance, à chaque fois qu'il a eu à la solliciter.

Démocratie en construction, le Togo s'est résolument engagé sur la voie d'un système de Gouvernement fondé sur les principes démocratiques qui constituent, à n'en point douter, le socle  de l'édification d'une nation libre, solidaire et prospère.

Monsieur le Président,

Dans la déclaration de la Délégation togolaise lors du débat général de cette session, le 29 septembre 2009, il a été fait largement mention de la politique du Gouvernement qui a engagé des réformes institutionnelles et constitutionnelles audacieuses et unanimement saluées, allant dans le sens de la promotion de la démocratie, du renforcement de l'Etat de droit et de la protection des droits de l'homme.

En effet, le renforcement du cadre institutionnel de la démocratie ne peut se réduire à son fonctionnement ou à sa continuité uniquement à travers des mécanismes comme les élections périodiques ou le multipartisme. Elle commande également aux gouvernements de s'investir plus fortement dans le domaine de la liberté d'expression sans laquelle il n'est pas de démocratie, garante de l'Etat de droit et d'un développement réussi et durable.

Aussi, l'interdépendance de ces deux exigences, démocratie et développement, a amené les gouvernants et toute la classe politique togolaise à convenir des règles essentielles devant régir désormais l'organisation des élections et la gouvernance économique du pays.

A ce sujet, dans un discours qu'il a prononcé à Atakpamé, ville située au centre-sud du pays, le 28 juillet 2007, le Chef de l'Etat togolais, S.E.M. Faure GNASSINGBE, a solennellement proclamé devant le peuple togolais et la communauté internationale son engagement ferme à tout mettre en Œuvre afin que les élections ne soient plus jamais au Togo l'occasion de violences devant faire couler le sang.

Le succès des élections législatives d'octobre 2007, qui ont été qualifiées, par les observateurs internationaux, d'honnêtes, crédibles, transparentes et non violentes, en est le résultat le plus tangible de cette volonté du Gouvernement Togolais.

Monsieur le Président,

Dans le premier trimestre de l'année prochaine, mon pays organisera l'élection présidentielle à laquelle tout citoyen, remplissant les conditions définies par la Constitution et le Code électoral, est libre de se présenter.

Dans cette optique, à la faveur de discussions entre les acteurs politiques du pays, sous l'impulsion du Président Blaise COMPAORE du Burkina Faso, Facilitateur du Dialogue inter-togolais, le Code électoral a été modifié par consensus, allégeant ainsi les conditions d'éligibilité.

De même, les membres de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), chargée de l'Organisation et de la supervision des élections, ont été désignés. Cette structure centrale pour l'organisation, en 2010, d'une élection présidentielle crédible et respectant les standards internationaux, a élu son bureau et s'est déjà mise au travail.

Comme l'a souligné le Chef de l'Etat dans son discours devant le Corps diplomatique au début de cette année, le Gouvernement Togolais n'entend rien ménager pour garantir le succès de  l'élection présidentielle prochaine qui devra consolider les acquis de la démocratie togolaise.

Monsieur le Président,

Nous savons tous que le chemin de la démocratie est toujours semé d'embûches et le plus dur à faire, c'est d'amener les citoyens à comprendre que la démocratie est une exigence qui s'impose à tous, et surtout qui se construit chaque jour.

Qui plus est, la démocratie est un processus évolutif que le moindre déséquilibre social peut mettre en péril, processus qu'il faut constamment nourrir d'efforts, d'innovation et d'imagination. Là réside, sans doute, sa supériorité par rapport à d'autres formes de gouvernement ; c'est le seul système politique capable de corriger ses propres dysfonctionnements.

C'est pourquoi ma délégation tient, une fois encore, à remercier tous les partenaires du Togo, dont les Nations Unies et l'Union Européenne, qui participent activement, aux côtés de la CENI, à la préparation de cette élection, et/ou qui envisagent d'apporter leur assistance financière et matérielle au Gouvernement à cette fin.

Monsieur le Président,

 

Il est réconfortant de relever que de nos jours, les jeunes démocraties se consolident en Afrique, en Asie et en Amérique Latine.

Pour sa part, mon pays apportera toute sa collaboration en vue de la réalisation des objectifs fixés par la Conférence Internationale sur les Démocraties Nouvelles ou Rétablies (ICNRD). Il invite tous les Etats membres du Mouvement à prendre en compte les propositions avancées lors de la réunion ministérielle tenue à New York le 29 septembre 2009, afin d'insuffler un nouvel élan au Mouvement.

Le Togo croit ainsi profondément que la transformation de la Conférence Internationale des Démocraties Nouvelles ou Rétablies en Groupe Institutionnel organisé, à l'instar d'autres Groupes politiques et entités régionales, contribuera à revitaliser ses actions et à permettre de promouvoir la démocratie dans les Etats membres.

Je ne saurai terminer mon propos sans rendre hommage à tous les pays et personnes de bonne volonté qui sont à l'avant-garde de cette Initiative, particulièrement l'Etat de Qatar et ses dirigeants qui assurent la présidence du Mouvement depuis plusieurs années et qui ne ménagent aucun effort pour le renforcer davantage.

Notre souhait le plus ardent est que les initiatives des uns et des autres permettent à la Conférence Internationale des Démocraties Nouvelles ou Rétablies, dans le cadre d'une coopération bilatérale et multilatérale, de réaliser pleinement ses objectifs afin de préserver la paix et la sécurité au bénéfice de nos populations.

   

Je vous remercie.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

CAN 2017 : tirage au sort le 19 octobre

Sport

Les têtes de série pour la Coupe d'Afrique des nations 2017 ont été désignées mardi. Le Togo se trouve dans le Pot 4 avec l'Ouganda et le Zimbabwe, notamment.

Le Togo modernise ses prisons

Justice

Surpopulation, promiscuité, manque d’hygiène, violences. L'état des prisons n'est pas reluisante, mais c'est en cours d'amélioration.

Les conditions de la relance

Tourisme

Le gouvernement s’est résolument engagé dans le développement et la promotion du secteur touristique.

Energie solaire photovoltaïque pour 62 localités

Environnement

Un prêt de 6 milliards de la BOAD va permettre au Togo de distribuer l'énergie solaire dans une soixantaine de localités.