La feuille de route de l’ambassadeur indien

27/06/2012
La feuille de route de l’ambassadeur indien

Rajinder Bhagat (photo) est le nouvel ambassadeur indien au Togo. Il a présenté mercredi ses lettres de créances au président Faure Gnassingbé.

Le diplomate a fixé le cap de sa mission dans le pays : développer les relations politiques, bien sûr, mais surtout dynamiser les échanges économiques.

«Au cours de ma mission au Togo, je compte promouvoir, en étroite collaboration avec les autorités togolaises, les secteurs clés que sont le développement économique, le développement agricole, la santé, l’éducation », a-t-il déclaré.

M. Bhagat a indiqué que sur le plan éducatif, l’Inde envisageait de créer un centre d’enseignement de l’anglais et d’accorder des bourses  aux étudiants togolais tentés par une formation complémentaire dans les universités de New-Delhi et de Mumbai.

Ce diplomate de carrière a été successivement en poste à Damas, Mexico, Sanaa, Madrid et Doha avant d’occuper les fonctions de directeur du Département Afrique de l’Ouest au ministère des Affaires étrangères.

Lors de sa visite à New Delhi, en décembre 2011 à l’occasion de la signature d’un accord de financement avec l’Exim Bank, le ministre togolais de l’Economie et des Finances, Adji Otéth Ayassor, s’était entretenu avec Rajinder Bhagat.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Billetterie nouvelle génération

Tech & Web

Le Togolais Micheal Brice vient de lancer une application de billetterie sur 7 pays d’Afrique (Bénin, Côte d'ivoire, Gabon,  Burkina-Faso, Sénégal, Cameroun et Togo).

Liberté, modernité, efficacité

Justice

Le secteur de la justice est en phase d'évolution et de modernisation. Un audit donne des pistes pour davantage d'efficacité. 

Mango et Dapaong bénéficient d'un appui de l'UE

Coopération

L'UE va consacrer plus de 300 millions à la réhabilitation du réseau d’eau potable à Mango et Dapaong.

Klassou lance la riposte

Santé

Le Premier ministre, Komi Selom Klassou, a reçu jeudi Christian Maoula, le directeur d’ONUSIDA pour le Togo.