La réconciliation est achevée

05/12/2011
La réconciliation est achevée

Dirk Niebel (photo), le ministre allemand de la Coopération est attendu lundi soir à Lomé pour une visite de 24h au Togo au cours de laquelle il rencontrera le chef de l’Etat, le Premier ministre, des membres du gouvernement, des représentants de la société civile et des partis d’opposition.

Ce n’est pas une visite tout à fait ordinaire, d’abord parce que c’est la première d’un responsable en charge de la coopération et du développement, mais surtout parce qu’elle est symbolique d’une reprise effective des relations entre Berlin et Lomé.

Certes, l’ancien ministre des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, s’était rendu au Togo en février 2008, bien sûr, l’Allemagne ne s’est pas opposé à la fin des sanctions économiques européennes en 2007, oui, Faure Gnassingbé a effectué une visite officielle à Berlin en juin 2009, mais on décelait encore un malaise entre les deux pays ; une réconciliation pas vraiment fait achevée ; l’héritage d’un vieux contentieux datant des années 90.

Rien ne s’oppose plus aujourd’hui à une reprise totale des relations bilatérales, explique Dirk Niebel dans un entretien accordé à Republicoftogo.com.

Si le ministre rappelle que son pays n’a jamais totalement gelé ses échanges avec le Togo, il déclare très officiellement que l’ »Allemagne a décidé la reprise de la coopération au développement ».

Et cette reprise va s’accompagner d’un premier chèque substantiel.

L’évolution de la position de Berlin, s’explique, notamment, par les réformes politiques menées par les dirigeants togolais.

« Le Togo connaît, depuis 2007, des évolutions positives. Des élections démocratiques ont eu lieu et le pays est aujourd’hui sur la voie de la stabilisation de la démocratie, de la réconciliation nationale (…) », indique Dirk Niebel.

 

Republicoftogo.com : En dépit de la levée des sanctions européennes en 2007, on a toujours le sentiment que l’Allemagne est réticente à reprendre une coopération pleine et entière avec le Togo ? S’agit-il, selon vous, d’une mauvaise analyse ou d’une réalité ?

Dirk Niebel : La reprise de la coopération entre le Togo et l’Union Européenne en 2007 a possible grâce avec à un accord donné par l’Allemagne qui finance une partie considérable du budget de l’UE. 

L’Allemagne a contribué au développement du Togo a travers un important financement de la Banque Mondiale, du FMI, de la Banque africaine de développement, du PNUD et d’autres organisations internationales. 

La GIZ (Ex-DED) a toujours continué à travailler au Togo. De nombreux projets mis en œuvre par des ONG, les organisations religieuses, des fondations politiques et des associations privées ont été financés par l’Allemagne, y compris pendant la suspension de la coopération officielle. 

En 2008, l’Allemagne a reprogrammé 25 millions d’euros en faveur du secteur de l'énergie et 14 millions pour un projet de route à Lomé. Le constat est clair. L’Allemagne est toujours restée engagée pour appuyer le Togo.

Republicoftogo.com : Votre visite au Togo semble sceller officiellement le retour de l’Allemagne au Togo

Dirk Niebel : Le Togo connaît, depuis 2007, des évolutions positives. Des élections démocratiques ont eu lieu et le pays est aujourd’hui sur la voie de la stabilisation de la démocratie, de la réconciliation nationale et de la normalisation des relations internationales - comme le démontre son élection au Conseil de Sécurité des Nations Unies. 

Par conséquent, l’Allemagne a décidé la reprise de la coopération au développement. Une première tranche de 27 millions d’euros va être accordée pour relancer le plus vite possible des activités concrètes.

Republicoftogo.com : Où en est la coopération économique entre Berlin et Lomé ?

Dirk Niebel : Un secteur privé performant et dynamique reste un élément clé du développement durable et de la lutte contre la pauvreté. Le port de Lomé dispose d’un potentiel exceptionnel économique et commercial.

La création d’un climat propice aux investissements reste un des défis majeurs pour le Togo. 

La Société HeidelbergCement est en train de finaliser un engagement financier de 250 millions de dollars au Togo. 

Je suis convaincu que cela donnera un nouvel élan aux relations économiques entre nos deux pays.
 

Republicoftogo.com : Dans le domaine de la santé, de l’éducation ou de l’agriculture, existe-il des projets concrets ?

Dirk Niebel : Nous allons discuter avec le gouvernement togolais des modalités de la reprise de la coopération le plus vite possible. Je vois un potentiel de développement commun, par exemple dans les secteurs de la formation professionnelle, de l’agriculture et de la bonne gouvernance, puis de la décentralisation. 

Republicoftogo.com : Quel message politique souhaitez-vous délivrer avant votre arrivée à Lomé ?

Dirk Niebel : Je souhaite la poursuite des réformes engagées et l’apaisement de la situation politique pour préparer des élections démocratiques, transparentes et équitables en 2012. 

La bonne gouvernance, le respect des droits de l’homme et la réconciliation en font partie. Je lance aussi un appel à tous les acteurs politiques à participer au dialogue inclusif afin de trouver un accord sur les reformes constitutionnelles et institutionnelles pour pérenniser les avancés des dernières années.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'engagement des Togolais de l'extérieur

Diaspora

Un membre de la Diaspora a annoncé son intention de créer une institution de micro finance pour venir en aide aux plus démunis.

Promotion de la culture Tem

Culture

Le festival international des musiques et danses traditionnelles TEM Festekpe aura lieu 9 au 11 décembre  à Sokodé.

UEMOA : le Sénégal remporte la coupe

Sport

Les Lions du Sénégal ont battu samedi par 1-0 les Aigles du Mali en finale de la 7e édition du tournoi de l'intégration de l'UEMOA.

Infrastructures de base : nouvel engagement de l’UE

Coopération

Améliorer l’accès à l’eau potable et proposer de meilleures conditions sanitaires aux habitants de Notsé. C'est l'objectif d'un programme financé par l'UE.