La reconnaissance de la communauté internationale

21/10/2011
La reconnaissance de la communauté internationale

C’est gagné. Le Togo a été élu vendredi à New York au Conseil de sécurité des Nations Unies comme membre non-permanent, au terme d’un vote à bulletin secret auquel ont participé tous les pays membres de l’organisation. 

Le Togo est passé au 3e tour avec plus de 2/3 des voix requises (131). Il est vrai qu’il bénéficiait de l’appui de l’Union africaine, de nombre de pays européens, d’Asie, du Moyen-Orient et des Caraïbes.

Le mandat débutera effectivement le 1er janvier 2012 pour une période de 2 ans.

Une belle victoire pour les autorités togolaises qui n’ont pas ménagé leurs efforts pour convaincre la communauté internationale de la pertinence de leur candidature ; un succès personnel également pour le président Faure Gnassingbé qui, depuis 2005, a maintenu et même amplifié l’engagement des troupes togolaises au sein des forces de maintien de la paix. Des Casques bleus togolais sont présents en Côte d’Ivoire, en RDC, au Soudan et en Haïti.

C’est également, il faut le souligner, la reconnaissance par l’ONU des efforts engagés par le Togo en matière de promotion de la démocratie, des droits de l’homme et de la bonne gouvernance. N’en déplaise aux esprits critiques à Lomé.

La délégation togolaise présente dans la salle de l’Assemblée générale, a sauté de joie à l’annonce des résultats. Le ministre des Affaires étrangères, Elliott Ohin, le ministre conseiller à la Présidence chargé des dossiers diplomatiques, Koffi Essaw, les ambassadeurs auprès de l’Onu, à Washington et à Paris, Kodjo Menan, Kadangha Limbiyé Bariki et  Calixte Batossie Madjoulba

avaient du mal à contenir leur émotion.

On les comprend. C’est l’aboutissement d’un gigantesque travail de lobbying auprès des Etats membres de l’ONU et une bonne dose de stress pendant de longues semaines.

Le soulagement est donc total après une forte poussée d’adrénaline dans la matinée.

Dès l’annonce du résultat, les délégués sont venus féliciter chaleureusement la délégation togolaise. Elliott Ohin a ensuite répondu aux questions des journalistes accrédités, d’abord pour remercier tous les pays qui ont apporté leur soutien, puis pour préciser ce que fera le Togo à partir de l’année prochaine.

Deux autres candidats s’affrontaient pour le siège réservé à la zone Afrique du Nord (le swing seat), le Maroc et la Mauritanie. C’est finalement le royaume chérifien qui a été élu haut la main dès le premier tour de scutin avec 151 voix.

"C'est avec une grande fierté que je me joins à mes compatriotes pour célébrer l'élection du Togo au Conseil de Sécurité des Nations Unies. Le Togo est heureux de siéger en tant que membre non-permanent du Conseil comme il en a été décidé par les États membres des Nations Unies vendredi. Nous sommes honorés de rejoindre un organisme si estimé et avons hâte de pouvoir contribuer de façon positive à son oeuvre pour le maintien et la promotion de la paix et de la sécurité internationales », a déclaré le président Faure Gnassingbé, à l’annonce des résultats.

En photo : (de gauche à droite) le ministre marocain des Affaires étrangères, Taïb Fassi Fihri, Elliott Ohin et Hamady Ould Hamady, le chef de la diplomatie mauritanienne 

VOIR LE DIAPORAMA

EN VIDEO

Annonce de l’élection du Togo

Réaction du ministre togolais des Affaires étrangères

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Liberia : optimisme des présidents du Togo et du Nigeria

Cédéao

Le processus électoral ira bien à son terme ont indiqué mardi les présidents du Nigeria et de la Cédéao.

Les ravages de la cybercriminalité

Coopération

Le Conseil de l’Entente a décidé de s’attaquer au fléau de la cybercriminalité. Les arnaques sont de plus en plus sophistiquées en Afrique de l'Ouest.

Le rendez-vous annuel des développeurs togolais

Tech & Web

GDG-Lomé organise les 2 et 3 décembre prochains le ‘DevFest’, le rendez-vous annuel des communautés locales de développeurs en collaboration avec Google.

Rencontre Faure-Buhari à Abuja

Cédéao

Le président de la Cédéao, Faure Gnassingbé, s'est entretenu mardi à Abuja avec son homologue nigérian.