Le Togo reste engagé sur la voie des réformes

04/01/2010
Le Togo reste engagé sur la voie des réformes

Lors de la présentation des vœux lundi au chef de l’Etat, le corps diplomatique a salué la « rigueur et le sérieux » avec lequel le Togo poursuit les réformes économiques et politiques.
Les diplomates ont également félicité le président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, pour sa médiation qui a favorisé un compromis permettant l’organisation de l’élection présidentielle. Ils ont, à cette occasion, appelé à un scrutin « dans la paix et la sérénité ».
« Le Togo a organisé il y a deux, des élections législatives dont la qualité démocratique a été très largement saluée. Nous sommes déterminés (…) à ce que le scrutin (…) se déroule des conditions satisfaisantes en terme de transparence, de crédibilité et de non violence », leur a répondu Faure Gnassingbé.
Il a, en outre, mis en garde contre toute violence pendant la période électorale.
Faure Gnassingbé a tenu à remercier les partenaires traditionnels du Togo pour leur soutien, en particulier l’Union européenne, la France, l’Allemagne, la Chine et les institutions internationales qui ont décidé d’aider au financement de l’élection.
Faure Gnassingbé a indiqué que son pays demeurait engagé sur la voie de la consolidation et des acquis démocratiques.
Enfin, sur les questions internationales, M. Gnassingbé est revenu sur les maigres résultats obtenus lors du sommet de Copenhague sur le réchauffement climatique.
« Le résultats ne sont malheureusement pas à la hauteur des attentes légitimes des pays en développement, particulièrement les pays africains, notamment en terme de transfert de technologie, de soutien financier, de renforcement des capacités » a déclaré le chef de l’Etat.

Voici le discours prononcé par le chef de l’Etat devant le corps diplomatique
C’est avec un plaisir et un honneur renouvelés que je vous reçois aujourd’hui, à l’orée de la nouvelle année 2010.
Je vous remercie, Monsieur le Doyen, de vos paroles si chaleureuses et des vœux que vous avez bien voulu adresser au peuple togolais au nom de l’ensemble du Corps Diplomatique.
Je vous adresse à mon tour, et au nom du peuple togolais, nos vœux les plus sincères de santé, de paix et de prospérité, pour vous-même et pour les vôtres, et je vous demande de transmettre à vos Chefs d’Etat les vœux que je forme à leur intention et pour vos pays et institutions internationales que vous avez l’honneur de représenter.

Monsieur le Doyen du Corps Diplomatique,
Mesdames et Messieurs,

Face à l’accélération des mutations mondiales, l’exacerbation des tensions internationales et l’urgence d’une réponse collective aux défis qui pèsent sur l’humanité, le Togo reste engagé dans la poursuite d’une vision d’un monde uni et solidaire.
Notre rencontre est, cette année, d’autant plus significative pour moi qu’elle se tient au lendemain de la conférence internationale sur le réchauffement climatique, et à la veille d’une importante échéance électorale, qui permettra au Togo de franchir une nouvelle étape dans son renouveau démocratique.
Monsieur le Doyen du Corps Diplomatique,
Mesdames et Messieurs,

Le Togo a organisé, il y a deux ans, une élection législative dont la qualité démocratique a été très largement saluée. Je suis déterminé à ce que le scrutin qui s’annonce se déroule dans des conditions encore plus satisfaisantes en termes de transparence, de crédibilité et de non-violence.
Le Gouvernement s’est efforcé de créer toutes les conditions pour atteindre cet objectif. La mise en place consensuelle de la Commission Electorale Nationale Indépendante, chargée de l’ensemble du processus électoral et la création d’une force de sécurité spécifique, placée sous sa supervision, en sont quelques exemples.

Les différentes forces politiques sont légitimement exigeantes et à juste titre vigilantes. C’est leur rôle, qui contribue d’ailleurs au progrès démocratique de notre pays. je voudrais ici devant vous, représentants de la communauté internationale, souligner que la qualité démocratique du scrutin dépendra d’abord de sa régularité, mais aussi de sa sérénité et de son caractère pacifique. Au terme du débat politique doivent prévaloir l’union, la concorde et la réconciliation. Toute violence, toute tentative d’opposer les Togo, toute indulgence face aux appels à l’affrontement, doivent être condamnés avec fermeté.
Je saisis cette opportunité pour remercier l’Union européenne, la France, les Etats Unis d’Amérique, l’Allemagne, la Chine, les Nations unies, la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest, l’OIF et nos autres partenaires pour les concours précieux à toutes les étapes du processus de notre démocratisation. Et je veux également témoigner, au nom du peuple togolais, notre gratitude au Président Blaise Compaoré, qui ne ménage pas ses efforts dans le cadre du processus de normalisation de la vie politique au Togo.

Monsieur le Doyen du Corps Diplomatique,
Mesdames et Messieurs,

La mobilisation internationale autour de la conférence de Copenhague confirme un constat partagé.
Les résultats auxquels ont abouti les travaux de la conférence ne sont pas à la hauteur des attentes légitimes des pays en développement, particulièrement les pays africains, notamment en termes de soutien financier, de transfert technologique, de renforcement des capacités et, surtout, en termes d’engagements juridiquement contraignants.

Le Togo s’est résolument engagé à accompagner toutes les initiatives visant d’une part, à juguler le phénomène du réchauffement climatique et d’autre part, à limiter notre dépendance énergétique. Dans cette optique, un accent particulier devra être mis sur l’exploitation des énergies renouvelables et le recours aux financements innovants pour soutenir les pays les moins nantis et leur permettre de développer les techniques d’utilisation de ces énergies.
Pour ce qui est de la crise financière mondiale, j’émets le vif souhait que le début de relance constaté dans les diverses économies se consolide. Il est urgent que le monde progresse résolument vers une meilleure gestion des risques globaux financiers, économiques et commerciaux.

Monsieur le Doyen du Corps Diplomatique,
Mesdames et Messieurs,

La paix et la sécurité internationale continuent d’être menacées et la stabilité de certains pays perturbée par les conflits, le terrorisme et la misère, qui sont largement le fait de l’homme.

En République Démocratique du Congo, au Tchad, en République Centrafricaine et au Darfour, où les crises persistent, la communauté internationale doit s’impliquer davantage dans la recherche de solution permettant à ces pays de retrouver définitivement la paix et la sécurité indispensables à leur développement.
En Somalie, en dépit des initiatives prises en avril et juillet derniers pour soutenir les institutions de sécurité et l’OMISOM, la situation demeure préoccupante. C’est pourquoi je lance un appel pressant pour que d’autres initiatives soient prises pour empêcher que ce pays ne sombre définitivement dans le chaos.
Pour ce qui concerne la Côte d’Ivoire, je note avec satisfaction l’évolution positive de la situation politique dans ce pays depuis les accords de Ouagadougou. J’invite par conséquent les parties prenantes à poursuivre leurs efforts pour parvenir à l’organisation de l’élection présidentielle annoncée pour le 1er trimestre 2010.
S’agissant de la Guinée, il est nécessaire d’encourager la classe politique à trouver par le dialogue et la concertation les voies et moyens pouvant permettre un retour rapide à l’ordre constitutionnel.
Quant à la situation au Niger, je souhaite que les différentes parties s’attèlent à poursuivre le dialogue afin de remettre ce pays frère sur le chemin de la cohésion sociale.

Monsieur le Doyen du Corps Diplomatique,
Mesdames et Messieurs,

Hors du continent africain, le Moyen-Orient, théâtre des scènes de violence et de désolation mérite un règlement équitable, pacifique et définitif aux conflits qui opposent les pays de la région.

A cet égard, je voudrais réitérer mon intime conviction que la solution du conflit israélo-palestinien passe par la création d’un Etat palestinien aux côtés d’un Etat d’Israël, les deux pays vivant dans la paix et la sécurité dans des frontières sûres et internationalement reconnues.
Par ailleurs, mon pays déplore la persistance des actes terroristes qui endeuillent les familles en Afghanistan, en Irak, au Pakistan, annihilant leurs efforts de développement. C’est pourquoi, nous exhortons la communauté internationale à accroître son assistance aux gouvernements de ces pays dans la lutte contre le terrorisme afin d’ouvrir la voie à la paix et à la reconstruction.

Le Togo, pour sa part, est prêt à relever les défis du 21ème siècle dans un esprit d’ouverture et de dialogue avec tous les peuples et les partenaires au développement, pour un monde épris de paix, de solidarité et de fraternité.

Je forme le vœu que l’année 2010 soit une année de prospérité, de paix et de bonheur pour nos peuples respectifs.

Vive la coopération internationale !
Bonne et heureuse année.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

UEMOA : le Sénégal remporte la coupe

Sport

Les Lions du Sénégal ont battu samedi par 1-0 les Aigles du Mali en finale de la 7e édition du tournoi de l'intégration de l'UEMOA.

Mobilité et développement

Diaspora

Plus d’un million de Togolais vivent à l’étranger. Leurs compétences et leur appui financier sont autant d'atouts pour contribuer au développement du pays.

Harmoniser le système d'indemnisation

Cédéao

Un automobiliste togolais circulant dans les pays de la Cédéao doit impérativement disposer d’une ‘carte brune’, le certificat international d’assurance.

L’aéroport de Lomé teste une alternative au GPS

Tech & Web

Un nouveau  système de positionnement par satellite baptisé ‘Galileo’ sera déployé d’ici 2020 dans les aéroports africains.