Le Togo va rejoindre la MINURCAT

28/01/2009
Le Togo va rejoindre la MINURCAT

Le mission des Nations Unies en Centrafrique et au Tchad (MINURCAT) a reçu mardi à N'Djaména, la visite d'experts militaires des Forces armées togolaises (FAT).

Le Togo a exprimé récemment le souhait de participer à cette force de maintien de la paix. Lomé étudie la possibilité de mettre à disposition des troupes et du matériel.La MINURCAT doit succéder à la force européenne Eufor à partir du 15 mars 2009, selon une résolution du Conseil de sécurité de l'Onu.

Les experts des FAT doivent se déplacer à travers les zones d'opération pour évaluer la situation et les moyens humains et matériels à déployer.

Des soldats ont déjà été présélectionnés au Togo où ils passent des tests médicaux et d'aptitude physique.

Le chef d'Etat major des Forces armées togolaises (FAT), le général Zakari Nandja, s'est rendu fin décembre au siège des Nations Unies à New York pour évoquer cette question.

300 militaires togolais pourraient être engagés dans l'opération de paix.

La MINURCAT est destinée à restaurer les conditions de sécurité nécessaires au retour volontaire et durable des réfugiés et personnes déplacées par les conflits dans cette région des trois frontières à cheval entre le Tchad, la République Centrafricaine et le Soudan, indiquent les Nations Unies.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais Drépano-solidaires

Santé

La drépanocytose est un vrai problème de santé publique. Près de 250.000 Togolais en sont victimes.

Aucune coupure sur le réseau Moov

Tech & Web

Pas de perturbations sur le réseau de l’opérateur de téléphonie mobile Moov, contrairement à ce qu’ont affirmé les médias.

Des chirurgiens membres de l'Eglise Copte se mobilisent

Coopération

Deux cents patients soufrant d’hernies et de goitre seront pris en charge par des médecins égyptiens.

Les transfusions sanguines n'ont aucun caractère commercial

Santé

La culture de don du sang n’est pas très développée au Togo. Absence d’information et préjugés freinent la collecte.