Les Togolais de Beyrouth indemnes

09/05/2008
Les Togolais de Beyrouth indemnes

Les combats entre partisans de l'opposition emmenée par le Hezbollah et ceux du gouvernement ont cessé vendredi à Beyrouth, les combattants du Hezbollah ayant pris le contrôle de l'ouest de la capitale, a déclaré un responsable de la sécurité. L'armée et les forces de sécurité intérieure sont désormais déployées dans les zones contrôlées par l'opposition. 11 personnes auraient été tuées lors des combats.

Selon Georges Boustani (photo), le consul du Togo au Liban, aucun membre de la communauté togolaise résidant à Beyrouth n'a été blessé ou tué.Le consul se tient en contact permanent avec le Rassemblement des Togolais du Liban et aucune évacuation n'est envisagée pour le moment.

Comment les Togolais de Beyrouth vivent-ils cette grave crise ?

Georges Boustani :

Je suis en contact permanent avec les responsables du "Rassemblement des ressortissants togolais au Liban". Jusqu'à présent, je peux confirmer que tout se passe bien pour eux. Nous avons déjà connu des situations très difficiles dans le passé. Mais j'espère que nous n'aurons pas à mener rapatrier la communauté.

Je ne peux pas rassurer à 100%, mais je peux dire qu'il n'y a rien de grave pour le moment.

En cas d'urgence

CONSULAT DU TOGO A BEYROUTH

Tél (961) 362 40 07

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Opération neutralisation

Faits divers

Un Togolais et un Burkinabé ont été présentés jeudi à la presse par la police. Arrêtés récemment, ils font partie d’un gang de coupeurs de routes.

Le Roy : 'Adebayor est très important pour nous'

Sport

Adebayor a été incroyablement physique contre la Côte d’Ivoire. Claude Le Roy ne tarit pas d'éloges sur le capitaine des Eperviers.

Eléphants et Eperviers se séparent sur un nul

Sport

Le Togo et la Côte d’Ivoire ont fait match nul lundi à Oyem (0-0). La CAN commence bien pour les Eperviers.

Les raisons de la mort violente d'une Togolaise à Washington

Faits divers

Le meurtrier présumé de Waliyatou Amadou, une jeune togolaise de 23 ans poignardée à mort à Washington, est sous les verrous.