Libreville condamne l’attaque contre les Eperviers

15/01/2010
 Libreville condamne l’attaque contre les Eperviers

Le gouvernement gabonais a condamné jeudi l'attaque armée du convoi des footballeurs togolais dans l'enclave angolaise du Cabinda, sur leur route pour la Coupe d'Afrique des Nations (CAN), en l'assimilant notamment à un "acte terroriste".
Le Conseil des ministres tenu jeudi à Libreville a fustigé "l'attaque barbare dont a été victime l'équipe togolaise" le 8 janvier, déclare Libreville dans un communiqué diffusé dans la soirée.
Il "condamne fermement ces actes terroristes qui n'honorent ni ses auteurs ni une Afrique qui se bat pour sa sécurité et pour son développement. Aucune cause (...) ne peut justifier de mettre en péril la vie des innocents".
Le Gabon exprime par ailleurs au Togo "sa profonde affliction" et sa "solidarité".
Deux membres de la délégation togolaise ont trouvé la mort et plusieurs ont été blessés à la suite du mitraillage de leur convoi, qui a été revendiqué par plusieurs mouvements séparatistes du Cabinda, province de l'extrême nord de l'Angola, riche en pétrole, enclavée entre le Congo et la République démocratique du Congo (RDC).
Le Togo a rappelé son équipe nationale à la CAN, qui se déroule depuis le 10 janvier et jusqu'au 31 janvier en Angola.

En photo : le président gabonais Ali Bongo Ondimba

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Hub scientifique

Coopération

La Société ouest-africaine de chimie tient à partir de mardi à Lomé ses 19e Journées scientifiques. 

Anticiper la réduction de l'APD

Développement

L’aide publique au développement (APD) demeure une source de financement très importante pour le Togo.

'Nous avons veillé à l’ouverture du marché à la concurrence'

Tech & Web

Les deux opérateurs de téléphonie mobile viennent de lancer leurs services 4G. La fibre se déploie. Bref, le Togo est en train de rattraper son retard.

Des lentilles artificielles pour lutter contre la cataracte

Santé

La cataracte apparaît chez les personnes âgées de plus de 50 ans. Elle est très répandue au Togo. Mais elle peut heureusement être traitée.