Libreville condamne l’attaque contre les Eperviers

15/01/2010
 Libreville condamne l’attaque contre les Eperviers

Le gouvernement gabonais a condamné jeudi l'attaque armée du convoi des footballeurs togolais dans l'enclave angolaise du Cabinda, sur leur route pour la Coupe d'Afrique des Nations (CAN), en l'assimilant notamment à un "acte terroriste".
Le Conseil des ministres tenu jeudi à Libreville a fustigé "l'attaque barbare dont a été victime l'équipe togolaise" le 8 janvier, déclare Libreville dans un communiqué diffusé dans la soirée.
Il "condamne fermement ces actes terroristes qui n'honorent ni ses auteurs ni une Afrique qui se bat pour sa sécurité et pour son développement. Aucune cause (...) ne peut justifier de mettre en péril la vie des innocents".
Le Gabon exprime par ailleurs au Togo "sa profonde affliction" et sa "solidarité".
Deux membres de la délégation togolaise ont trouvé la mort et plusieurs ont été blessés à la suite du mitraillage de leur convoi, qui a été revendiqué par plusieurs mouvements séparatistes du Cabinda, province de l'extrême nord de l'Angola, riche en pétrole, enclavée entre le Congo et la République démocratique du Congo (RDC).
Le Togo a rappelé son équipe nationale à la CAN, qui se déroule depuis le 10 janvier et jusqu'au 31 janvier en Angola.

En photo : le président gabonais Ali Bongo Ondimba

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Liberté, modernité, efficacité

Justice

Le secteur de la justice est en phase d'évolution et de modernisation. Un audit donne des pistes pour davantage d'efficacité. 

Mango et Dapaong bénéficient d'un appui de l'UE

Coopération

L'UE va consacrer plus de 300 millions à la réhabilitation du réseau d’eau potable à Mango et Dapaong.

Klassou lance la riposte

Santé

Le Premier ministre, Komi Selom Klassou, a reçu jeudi Christian Maoula, le directeur d’ONUSIDA pour le Togo.

Analyse qualitative

Santé

Cofinancé par la Fondation Mérieux et l’AFD, le nouveau laboratoire central a été inauguré jeudi à Lomé.