Libreville condamne l’attaque contre les Eperviers

15/01/2010
 Libreville condamne l’attaque contre les Eperviers

Le gouvernement gabonais a condamné jeudi l'attaque armée du convoi des footballeurs togolais dans l'enclave angolaise du Cabinda, sur leur route pour la Coupe d'Afrique des Nations (CAN), en l'assimilant notamment à un "acte terroriste".
Le Conseil des ministres tenu jeudi à Libreville a fustigé "l'attaque barbare dont a été victime l'équipe togolaise" le 8 janvier, déclare Libreville dans un communiqué diffusé dans la soirée.
Il "condamne fermement ces actes terroristes qui n'honorent ni ses auteurs ni une Afrique qui se bat pour sa sécurité et pour son développement. Aucune cause (...) ne peut justifier de mettre en péril la vie des innocents".
Le Gabon exprime par ailleurs au Togo "sa profonde affliction" et sa "solidarité".
Deux membres de la délégation togolaise ont trouvé la mort et plusieurs ont été blessés à la suite du mitraillage de leur convoi, qui a été revendiqué par plusieurs mouvements séparatistes du Cabinda, province de l'extrême nord de l'Angola, riche en pétrole, enclavée entre le Congo et la République démocratique du Congo (RDC).
Le Togo a rappelé son équipe nationale à la CAN, qui se déroule depuis le 10 janvier et jusqu'au 31 janvier en Angola.

En photo : le président gabonais Ali Bongo Ondimba

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Intégration technologique

Tech & Web

La Cédéao veut parvenir à l’intégration, y compris pour tout ce qui concerne le secteur des télécommunications, très porteur.

Au Maroc, Agadazi explique comment le Togo combat la pauvreté

Développement

Lutter contre la pauvreté est a priorité des priorités pour le gouvernement. De nombreuses initiatives ont vu le jour.

L'AIBA veut populariser la boxe au Togo

Sport

L’International boxing association (AIBA) a lancé vendredi l’année de la boxe en Afrique destinée à promouvoir cette discipline sur le continent.

Une justice en mouvement

Justice

Une étude réalisée par Afrobaromètre révèle que dans la plupart des pays africains, des obstacles majeurs entravent encore l'accès des citoyens à la justice.