Lomé signe le traité sur les sous-munitions

05/12/2008
Lomé signe le traité sur les sous-munitions

Près de 100 pays, dont le Togo, ont signé mercredi à Oslo un traité interdisant les bombes à sous-munitions. Un fléau dévastateur pour les populations civiles. C'est le chef de la diplomatie togolaise, Koffi Essaw, qui a signé la convention au nom de son pays.

« Le Togo a choisi de défendre systématiquement le principe de désarmement général et complet sous toutes ses formes et sous un contrôle international efficace ; c'est pourquoi notre pays a choisi de signer le traité» a confié à republicoftogo.com, un haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères. Les bombes à sous-munitions (BASM) sont particulièrement meurtrières pour les civils, pendant et après un conflit.

Composées d'un conteneur (obus, missile, roquette) regroupant jusqu'à 650 mini-bombes appelées sous-munitions, les BASM sont larguées par voie aérienne ou terrestre (canon, lance-roquettes).

Le conteneur s'ouvre dans les airs et les sous-munitions se dispersent sur un vaste périmètre et explosent, en principe, à l'impact.

Mais, selon Handicap International, de 5% à 40% des BASM n'explosent pas au premier impact, se transformant de fait en mines antipersonnel, mortelles pour les populations civiles.

D'après l'ONG, 98% des victimes sont des civils et 27% des enfants.

Rondes, colorées ou munies d'un ruban rose, les sous-munitions peuvent facilement être confondues avec des rations alimentaires ou des jouets. Elles peuvent se déclencher au moindre contact.

Handicap International estime à environ 100.000 le nombre de personnes mortes ou mutilées dans l'explosion d'une sous-munition depuis 1965.

Le rapport 2008 de l'Observatoire des mines fait état d'une baisse du nombre de victimes: en 2007, une personne a été victime de ces engins toutes les 90 minutes, soit plus de 5.000 sur l'année, alors qu'il y a 10 ans, la fréquence était d'une victime toutes les 20 minutes.

Selon Handicap International, au moins 440 millions de sous-munitions ont été dispersés dans le monde depuis 1965, dont 383 millions dans trois pays du sud-est asiatique: Laos, Vietnam et Cambodge.

Au moins 33 millions d'engins n'auraient pas encore été neutralisés.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Voir plus loin

Santé

Le service d’ophtalmologie du CHU Sylvanus Olympio de Lomé a reçu vendredi de nouveaux équipements.

L'art descend dans la rue

Culture

Les commémorations du 57e anniversaire de l’indépendance ont pris fin vendredi avec l’inauguration d’une gigantesque fresque.

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.