Maintien de la paix et lutte contre la pauvreté : les priorités du Togo

02/02/2012
Maintien de la paix et lutte contre la pauvreté : les priorités du Togo

Le Conseil de sécurité s’est réuni, jeudi, à huis clos, à New York, pour arrêter son programme de travail pour le mois de février. Le Togo souhaite que l’Afrique de l’Ouest soit au centre de cette présidence avec notamment le débat du 21 février, indique l’ONU.

Le Togo souhaite que le débat permettre de dégager des pistes pour lutter contre la menace à la paix et à la sécurité que constitue la criminalité organisée, la piraterie et les conséquences de l’effondrement du régime libyen.

Durant le mois de février, le Conseil continuera bien sûr d’examiner la crise syrienne. Après le débat ministériel de mardi dernier, le Conseil devra statuer sur le projet de résolution présenté par le Maroc au nom de la Ligue des Etats arabes.

En milieu de mois et durant quatre jours, une mission du Conseil de sécurité se rendra en Haïti pour évaluer, un peu plus de deux ans après le tremblement de terre la situation humanitaire et les efforts de reconstruction.

Mais au-delà de toutes ces questions d’actualité, le Togo entend le plus possible souligner la nécessité pour la communauté internationale et le Conseil de sécurité, en particulier, de mener de front le maintien de la paix et la lutte contre la pauvreté.

Visiter le site du Togo au Conseil de sécurité

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'Allemagne laboure le Togo

Coopération

Depuis la reprise de la coopération avec le Togo, l’Allemagne est particulièrement active dans le secteur de l’agriculture.

Pendant les Evala, la roue tourne

Sport

Coup d’envoi mardi du Grand Prix de la Kozah, une course cycliste qui mènera le peloton de Lomé à Kara (Nord du Togo).

Schéma directeur sur le numérique

Tech & Web

Une étude sur la mise en place d’un schéma d’aménagement numérique vient d'être rendue publique.

Les greffiers à la recherche de solutions consensuelles

Justice

Les greffiers du Togo souhaitent l’ouverture rapide d’un dialogue avec les pouvoirs publics pour discuter de leur statut.