Mali : Faure doit peser de tout son poids

17/12/2012
Mali : Faure doit peser de tout son poids

"Je renouvelle notre appel au Conseil de sécurité pour qu'il autorise le plus rapidement possible l'envoi d'une force internationale pour aider à la libération du nord du Mali", a déclaré le président nigérien Mahamadou Issoufou à l’ouverture lundi à Niamey du Conseil de l’entente. Le président de l’Union africaine et du Bénin, Thomas Boni-Yayi, a également demandé le déploiement de cette force dans les plus brefs délais.

M. Boni Yahi a demandé à Faure Gnassingbé de peser de tout son poids pour faire adopter la résolution. Le Togo est membre non-permanent du Conseil de sécurité de l'ONU.

Le Conseil devrait autoriser d'ici la fin de l'année le déploiement au Mali d'une force africaine soutenue logistiquement par des pays occidentaux, mais les Etats-Unis et le secrétariat général de l’ONU émettent des réserves.

Le président du Togo, Faure Gnassingbé se trouve à Niamey depuis lundi matin.

Le Conseil de l’entente, une organisation régionale qui regroupe le Togo, le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso et le Niger. Ces pays sont membres de la Cédéao qui s’est engagée à envoyer 3000 soldats au Mali.

En photo : lundi à Niamey, les présidents du Togo et du Niger

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Région Maritime : programme d’électrification

Coopération

L'UE finance le réseau d'accès à l'eau potable dans 28 communes de la périphérie de Lomé. Elle s'attaque maintenant à l'électrification.

Une médiathèque nouvelle génération

Culture

La médiathèque de l'Institut Français du Togo ouvrira ses portes au public le 8 septembre 2015. Les nouvelles technologies au service de la culture.

Les pompiers du foot dépêchés à Lomé

Sport

Une délégation de la FIFA est arrivée à Lomé pour tenter de mettre un peu d’ordre dans les affaires de la Fédération togolaise de football (FTF).

Applications innovantes pour mobinautes togolais

Tech & Web

L’Afrique est de plus en plus accro aux applis. Une majorité d’Africains disposant d’un smartphone ressent le besoin de se connecter au Web plusieurs fois par jour.