Mali : Pas encore de quitus du Conseil de sécurité

19/06/2012
Mali : Pas encore de quitus du Conseil de sécurité

Le Conseil de sécurité de l’ONU a publié lundi soir une déclaration concernant la crise au Mali et la demande formulée par la Cédéao et l’Union africaine d’obtenir un mandat pour le déploiement d’une force militaire dans ce pays, rapporte le site onutogo.org.

Vendredi dernier, une délégation de haut niveau de la Communauté économique des États d'Afrique de l’ouest (Cédéao) s’était rendue à New York pour évoquer le dossier.

Dans une déclaration lue par l’ambassadeur chinois Baodong Li, dont le pays assure la présidence tournante du Conseil, les 15 membres, dont le Togo, expriment « les préoccupations soulevées par les représentants de la Cédéao concernant les défis actuels pour la restauration de l'ordre constitutionnel, de la souveraineté, de l'unité et de l'intégrité territoriale au Mali ».

Le Conseil encourage un règlement politique de la crise et salue, à cet égard, la médiation assurée actuellement par le président du Burkina Faso, Blaise Compaoré.

S’agissant d’une saisine du Conseil de sécurité pour l’envoi d’une force militaire sur place, les membres du Conseil ont exprimé la volonté de poursuivre l'examen dès réception des informations complémentaires demandées 

Avant de s’engager, le Conseil veut en effet connaître avec précision les objectifs de cette force, ses moyens et ses modalités de déploiement.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.