Manœuvres militaires au large du Nigeria

13/09/2016
Manœuvres militaires au large du Nigeria

Le Dixmude, bâtiment de projection et de commandement, participe aux opérations

Deux bâtiments de guerre français participent depuis mardi à un exercice en compagnie des marines du Nigeria, du Togo, du Bénin, du Cameroun et du Ghana.

Baptisées NEMO (Navy’s Exercice for Maritime Operations), ces manœuvres visent à sécuriser les côtes ouest-africaines du Golfe de Guinée. Elles sont le fruit de la coopération entre la France, la Cédéao et la Cémac.

La priorité est donnée à la lutte contre la piraterie et la pêche illégale.

Le scénario prévoit, notamment, l’attaque d’un tanker par des pirates et la capacité de réaction de la Marine nigériane. 

L’exercice se déroule du 13 au 16 septembre. 

Les exercices NEMO facilitent le rapprochement des acteurs maritimes de la région, c’est la raison pour laquelle ils sont très appréciés des marines africaines. 

Les Etats côtiers d’Afrique ont décidé de prendre en main la sécurité de leurs espaces maritimes. Ils participent depuis 2013 au processus de Yaoundé et cette coopération devrait encore se renforcer après la tenue le 15 octobre prochain à Lomé du sommet de l’Union africaine sur la sécurité et le développement en Afrique.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Pas suffisant pour être qualifié

Sport

Malgré sa victoire dimanche à Lomé face au Gabon (2-1), le Togo dit adieu au second tour des éliminatoires de la coupe d’Afrique des Nations des moins de 20 ans.

L'ambassadeur américain n'hésite pas à donner de sa personne

Environnement

L’ambassadeur du Togo à Lomé, David Gilmour, est un homme de terrain. Il l’a prouvé samedi en participant à l’opération ‘plage propre’.

L'UL n'est pas Harvard, mais ...

Tech & Web

En 2004, Mark Zuckerberg étudiant à Harvard, crée The Facebook, un réseau social inter-universités.  En 2018, l'UL lance Rescoul.

Le Togo devance les attentes de la Banque mondiale

Développement

La Banque mondiale préconise le recours aux solutions innovantes pour accélérer l'électrification en Afrique.