Médiation : l'expérience du Burkina

05/09/2008
Médiation : l'expérience du Burkina

Le chef de l'Etat burkinabè Blaise Compaoré dirigera le 23 septembre à New York, en présence des dirigeants des 15 pays membres du Conseil de sécurité des Nations unies, un débat sur la "médiation et le règlement des conflits", a indiqué vendredi la présidence burkinabè. "Le Burkina Faso partagera son expérience en matière de médiation en vue d'apporter sa contribution aux efforts de recherche de paix et de sécurité dans le monde", a déclaré le conseiller en communication de la présidence, Saïdou Ouédraogo.

Le Burkina Faso, qui a été élu pour la deuxième fois de son histoire membre non permanent du Conseil de sécurité pour un mandat de deux ans (2008-2009) assure du 1er au 30 septembre la présidence mensuelle tournante de ce Conseil.M. Compaoré, âgé de 57 ans dont 21 au pouvoir, a été médiateur dans plusieurs crises au Niger (lors de la première rébellion Touareg en 90), en Centrafrique (lors de la mutinerie en 97), en Côte d'Ivoire, etc.

Au Togo, il est parvenu en août 2006 à faire signer aux protagonistes de la crise née de la disparition du président Eyadema (février 2005) l'Accord politique global (APG) qui a favorisé la démocratisation du pays, la tenue de législatives libres et transparentes et qui a favorisé la reprise de l'aide internationale.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.