Miliciens et ex-soldats pro-Gbago vont quitter le Togo

10/05/2013
Miliciens et ex-soldats pro-Gbago vont quitter le Togo

La semaine dernière, le président Alassane Ouattara avait annoncé le retour en Côte d’Ivoire d’environ 200 militaires pro-Gbagbo réfugiés au Togo depuis deux ans. Bruno Koné, le porte-parole du gouvernement, vient de confirmer cette information. Les 200 réfugiés comprennent des anciens soldats des FDS et des miliciens ayant servi Laurent Gbagbo.

« Dans la mesure ou toutes ces personnes ne sont pas membres de l’armée régulière, ils retourneront à la vie civile », a précisé M. Koné ajoutant que certains recevraient un petit pécule à leur retour au pays.

Il n’a pas donné de date précise pour le départ se contentant d’indiquer qu’il pourrait intervenir à tout moment.

Ce rapatriement est le fruit d’un accord entre Lomé et Abidjan.

Selon le bureau du HCR au Togo, 400 ex-combattants sont réfugiés dans le pays, mais ne vivent pas dans le camp aménagé à Avepozo, à Lomé.

Fidèle Sarassoro, le directeur général de l’Autorité ivoirienne du désarmement possède la liste complète de ces anciens militaires et miliciens, dont certains pourraient être à l’origine des troubles survenus il y a quelques jours à Avepozo.

Photo : Alassane Ouattara (G) et Faure Gnassingbé en novembre 2011 à Lomé

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Subventions US aux ONG togolaises

Santé

Le Fonds des ambassadeurs pour l’Afrique de l’Ouest (WAAF) est un dispositif initié par les Etats-Unis, via USAid, destiné à améliorer la santé de la population.

Le vivre ensemble passe par les cultures

Diaspora

lLa Semaine de l’intégration africaine se poursuit à Lomé. Mercredi, les participants ont pu assister à animations culturelles.

Erreurs de jeunesse

Social

Kondé Sangbana, le président du Conseil national du dialogue social (CNDS), a rappelé mercredi le rôle primordial de l’institution qu’il dirige pour régler les conflits.

Fonctionnement de la justice perturbé

Justice

Le fonctionnement de la justice est perturbé depuis le début de la semaine par une grève des greffiers qui réclament une amélioration de leur condition de vie et de travail.