Mission à risque au Darfour

08/01/2015
Mission à risque au Darfour

Les soldats de la paix sont très exposés

Une centaine de soldats togolais (et de gendarmes et policiers) rejoindront en mars prochain le Darfour pour intégrer l’Unité de police unifiée (UPU) qui fait partie du dispositif de la mission hybride des Nations Unies et de l’Union africaine au Darfour (MINUAD). Les forces de paix ont 

pour objectif de mettre fin au conflit opposant les mouvements rebelles à l’armée soudanaise et aux milices arabes soutenues par le régime de Khartoum. 

Les militaires togolais ont suivi une formation spécifique de 7 semaines au centre d’entrainement aux opérations de maintien de la paix de Lomé, fruit de la coopération militaire entre le Togo et les Etats-Unis.

 La formation, assurée par des instructeurs américains, s’est concentrée sur les opérations de police : maintien de l’ordre, convoyage, fouille de bâtiments, maniement des armes, séances de tirs. Le stage se poursuivra pendant deux semaines au camp de Kpéwa.

La police de la MINUAD a essentiellement pour tâche de protéger les personnels des Nations Unies et de l’UA.

La mission n’est pas sans danger.

En avril 2012, une patrouille de Casques bleus togolais de l'unité de police avait été attaquée par des assaillants non-identifiés provoquant la mort de l’un de ses membres, Bohonyake Tchalo

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.