Ouverture de la réunion ministérielle

15/12/2012
Ouverture de la réunion ministérielle

La réunion ministérielle des pays membres du Conseil de l’Entente s’est ouverte samedi à Niamey (Niger) en prélude au sommet qui se déroulera lundi. Le Togo est représenté par le ministre des Affaires étrangères, Elliott Ohin, et par celui de l’Economie et des Finances, Adji Otéth Ayassor.

Mis en sommeil pendant deux décennies, le Conseil de l’entente tente de se relancer et de trouver sa place entre la Cédéao et l’UEMOA.

L’organisation qui regroupe le Togo, le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso et le Niger, s’est dotée d’un secrétariat exécutif piloté par Patrick Kouamé.

Lors du dernier sommet en décembre 2011 à Cotonou, les chefs d’Etat des pays membres avaient souhaité accorder un rôle politique de premier plan au Conseil tout en conservant une vocation économique avec la restructuration du Fonds d’entraide et de garantie du Conseil de l’entente (FEGECE). Cette mission particulière incombe aux ministres des Finances.

Lors du sommet, les chefs d’Etat devraient évoquer la crise au Mali et le projet d’envoi d’une force multinationale dans ce pays. La Cédéao et l’Union africaine espèrent le vote d’une résolution dans ce sens par le Conseil de sécurité de l’ONU.

Les membres du Conseil de l’Entente appartiennent tous à la Cédéao.

En photo : (gauche) Elliott Ohin et Adji Otéth Ayassor

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Un modèle exemplaire de la coopération européenne

Coopération

Fréquentes au Togo, les pluies tropicales provoquent d’importantes inondations, notamment en milieu urbain.

Veille sanitaire

Santé

La grippe aviaire a fait son retour dans deux préfectures. Des mesures d'urgence ont été imposées doublées d'une surveillance sanitaire.

Rien ne va plus à Kinshasa

Union Africaine

En RDC, le médiateur togolais Edem Kodjo est dans l'incapacité de réunir le pouvoir et l'opposition. 

Le secteur privé ne contribue pas pleinement à la politique de relance

Développement

Le Togo, via différents accords et conventions, s’est engagé a utiliser de la façon la plus efficace l’aide publique au développement (APD).