Pas d'euphorie aux Nations Unies

20/09/2016
Pas d'euphorie aux Nations Unies

Barack Obama mardi à la tribune de l'ONU

Le président Faure Gnassingbé a pris part mardi matin à l’ouverture du débat général de la 71e session de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York.

Les premiers à prendre la parole ont été le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, et les présidents du Brésil, du Tchad, de France et des Etats-Unis. 

La dernière intervention de Barack Obama devant l’organisation avant la fin de son mandat.

Le président US a mis en garde contre la montée en puissance du populisme, appelant à prendre en compte les frustrations dont il se nourrit et à ne pas succomber à ‘un capitalisme sans âme’.

Dans un discours à la tonalité plutôt sombre, M. Obama a dénoncé la tentation du repli.

Très attendu sur le conflit syrien, sur lequel ses atermoiements - voire son manque d'implication directe - font l'objet de vives critiques, il s'est borné à réaffirmer qu'il n'existait pas de solution militaire et a appelé à poursuivre ‘le difficile travail de la diplomatie’.

Le président américain a réservé une pique à son homologue russe Vladimir Poutine, dénonçant l'attitude d'un pays ‘qui tente de retrouver sa gloire passée grâce à la force’. ‘Sur la durée, cela diminuera son rang dans le monde’, a-t-il prédit.

‘Un quart de siècle après la fin de la guerre froide, le monde est, à de nombreux égards, moins violent et plus prospère que jamais », a-t-il lancé devant l'Assemblée générale. ‘Et pourtant nos sociétés sont marquées par l'incertitude, le malaise et les affrontements’.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a exhorté les dirigeants mondiaux à mettre fin au carnage en Syrie et à lutter contre le réchauffement climatique, à l'occasion de son dernier discours devant l'Assemblée générale en session annuelle.

Dans ce discours en forme de testament politique il a aussi vivement déploré le blocage du processus de paix entre Israéliens et Palestiniens et demandé aux dirigeants, notamment africains, de ne pas s'accrocher coûte que coûte au pouvoir.

Enfin, le président français François Hollande a évoqué la crise en Syrie et invité les pays membres à ratifier au plus vite la COP21.

Le président togolais s’adressera mercredi à l’Assemblée générale.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais veulent encore plus de débit

Tech & Web

L’édition 2016 du Forum national sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) au Togo se déroule depuis mercredi à Lomé.

L’urgence n’attend pas

Développement

22 localités vont bénéficier d'équipements publics grâce au financement assuré par le Programme d’urgence de développement communautaire.

L'Allemagne appuie le système de santé

Santé

L'Allemagne va aider le Togo à améliorer sa stratégie de planification familiale et de promotion des droits sexuels et reproductifs.

Méningite : il n’y a pas de fatalité

Santé

La 13e  réunion annuelle sur la surveillance, la préparation et la réponse aux épidémies de méningite en Afrique s’est ouverte lundi à Lomé.