Pas de discrimination positive pour les femmes

27/09/2012
Pas de discrimination positive pour les femmes

Michelle Bachelet (photo), l’ancienne présidente du Chili, depuis deux ans à la tête d’ONU Femmes, s’est longuement entretenue jeudi à New York avec le président Faure Gnassingbé.

L’organisation a pour vocation de promouvoir la parité et l’autonomisation des femmes dans le monde. Dans ce cadre, elle a invité le Togo a assurer la mise en œuvre d’un certain nombre d’initiatives comme le respect du droit des femmes en matière de choix fondamentaux de la vie.

Elle a rappelé la nécessité pour les femmes de prendre part aux affaires publiques, qu’il s’agisse de politique avec leur implication dans les processus électoraux ou de médiation des conflits.

Mais attention, a prévenu Michelle Bachelet, pas question de mettre en place une politique des quotas et de discrimination positive. Tout doit être basé sur la compétence.

En matière de santé publique, Mme Bachelet a encouragé le Togo à lancer une campagne d’information sur la fistule, dont souffrent de nombreuses femmes, mais qui par gêne, n’osent pas en parler à leurs proches et à des médecins.

Le président Faure Gnassingbé a invité la patronne d’Onu Femmes à venir au Togo ; proposition acceptée, reste à fixer une date.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Police citoyenne

Coopération

Les bonnes pratiques en matière policière mettent du temps à s’acquérir. L'UE assiste les fonctionnaires leur permettant de bénéficier d'une formation continue.

Corridor à risques pour les enfants

Coopération

L'UE veut protéger les enfants migrants le long du corridor Abidjan-Lagos. Le Togo est directement concerné. 

L'humain au coeur de l'action

Développement

Depuis près de 40 ans, le Togolais Julien Nyuiadzi consacre son énergie au développement agricole de son pays en plaçant l’humain au cœur de ses actions. 

Libération de sept des huit étudiants de l'UL

Justice

La justice a ordonné lundi soir la libération de sept des huit étudiants détenus depuis la semaine dernière à la suite de manifestations sur le campus de l'université de Lomé.