Première visite d’un chef d’Etat depuis le tsunami

06/06/2011
Première visite d’un chef d’Etat depuis le tsunami

Le président Faure Gnassingbé effectue à partir de mardi une visite officielle de 5 jours au Japon. Il sera reçu par l’Empereur Akihito, rencontrera le Premier ministre Naoto Kan, les membres du gouvernement ainsi que le secteur privé.
Car ce déplacement a une double vocation ; d’abord renforcer la coopération politique, mais également attirer l’investissement. Enfin, en se rendant au Japon, le chef de l’Etat entend manifester sa solidarité avec les sinistrés du tremblement de terre de mars dernier (25.000 morts et disparus).
C’est d’ailleurs la première visite officielle d’un président étranger depuis la catastrophe du 11 mars dernier.
Lomé et Tokyo ont manifesté leur volonté d’établir une relation plus étroite. Signe fort, une ambassade du Togo a ouvert ses portes récemment dans la capitale japonaise.
La relance de la coopération remonte à la tenue à Yokohama, en juin 2008, de la Ticad IV, le forum économique nippo-africain. L’année suivante, le gouvernement japonais avait annulé une partie de la dette et l’octroi de 2 milliards de Fcfa pour la construction de bâtiments scolaires et la réhabilitation de centres de santé. Quelques mois plus tard, Tokyo avait accordé une aide alimentaire d’urgence de 3,5 milliards de Fcfa et un appui budgétaire de 3 milliards.
« Les autorités togolaises font d'importants efforts pour reconstruire le pays après 15 ans de crise politique. Nous assistons avec satisfaction au renforcement de la démocratie au Togo et le Japon accompagnera le Togo dans sa politique de développement », déclarait à l’époque le ministre japonais des Affaires étrangères.
En mars 2011, et malgré la catastrophe qui frappe l’archipel, Tokyo offre 2 milliards pour l’achat de riz et de blé et finance la construction d’une école à Sada (Préfecture de l’Ogou).
Outre l’aide au développement, le gouvernement nippon s’intéresse à plusieurs projets au Togo, notamment au port ; une mission d’experts était sur place en début d’année ; en outre, les autorités japonaises financement en partie la numérisation de la cartographie du Togo.
Depuis plusieurs années, le président Faure Gnassingbé mise le potentiel asiatique.
L’implication de la Chine au Togo n’est plus à démontrer, mais il souhaite aussi étoffer le network de partenaires à d’autres pays, dont le Japon, l’Inde l’Indonésie ou la Malaisie.

Le président Gnassingbé Eyadema (décédé en février 2005) s’était rendu au Japon en novembre 1990 à l’occasion de l’intronisation de l’empereur Akihito.

DIAPORAMA

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.

Une politique qui coule de source

Développement

Une eau de bonne qualité est essentielle au développement économique et humain. Les autorités s'emploient à la fournir. Le taux de couverture est en hausse.

La Banque mondiale met le paquet

Développement

La Banque Mondiale (BM) vient d’approuver de nouveaux financements en faveur du Togo. Et pas des moindres puisqu’il s’agit de 44 millions de dollars.