Quatre ans et pas un jour de plus !

09/10/2014
Quatre ans et pas un jour de plus !

Rotations nécessaires pour donner une chance à tous

De nombreux diplomates togolais sont en poste à l’étranger depuis de très longues années, ce qui bloque la carrière de leurs collègues contraints de ronger leur frein à Lomé. Certains fonctionnaires rappelés rechignent bien souvent à revenir au pays. Cela vaut pour les ambassadeurs comme pour les chauffeurs.

A leur décharge, l’absence de conventions précises rend leur situation parfois imprécise.

Dans le souci de moderniser et de rationaliser le fonctionnement des services diplomatiques, une communication a été présentée jeudi en conseil des ministres.

La durée préconisée d’une affectation à l’étranger est en principe de 4 ans. Cette durée ne pourra être rallongée que dans des circonstances exceptionnelles. Les affectations des ambassadeurs et autres chefs de mission diplomatique seront systématiquement assorties d’une lettre de mission formelle. 

Autre élément important, les critères de mobilité seront essentiellement basés sur le principe de l’égalité de traitement, la compétence, le mérite et l’efficacité.

Pour les officiels, ces nouvelles dispositions permettront de créer un environnement propice à l’émulation, à la culture de l’excellence, dans un climat de transparence et d’équité qui libérera tout le potentiel de la diplomatie togolaise. 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

UEMOA : le Sénégal remporte la coupe

Sport

Les Lions du Sénégal ont battu samedi par 1-0 les Aigles du Mali en finale de la 7e édition du tournoi de l'intégration de l'UEMOA.

Infrastructures de base : nouvel engagement de l’UE

Coopération

Améliorer l’accès à l’eau potable et proposer de meilleures conditions sanitaires aux habitants de Notsé. C'est l'objectif d'un programme financé par l'UE.

Mobilité et développement

Diaspora

Plus d’un million de Togolais vivent à l’étranger. Leurs compétences et leur appui financier sont autant d'atouts pour contribuer au développement du pays.

Harmoniser le système d'indemnisation

Cédéao

Un automobiliste togolais circulant dans les pays de la Cédéao doit impérativement disposer d’une ‘carte brune’, le certificat international d’assurance.