Sac de nœuds au Mali

11/12/2012
Sac de nœuds au Mali

Cheick Modibo Diarra (photo), le Premier minisre du Mali, a annoncé dans la nuit de lundi à mardi sa démission et celle de son gouvernement peu après avoir été arrêté à Bamako sur ordre du capitaine Amadou Haya Sanogo, ancien chef des putschistes qui avaient renversé le président Amadou Toumani Touré en mars.

Cette démission plonge encore un peu plus dans la crise et l'incertitude le Mali dont la moitié nord du territoire est occupée depuis juin par des islamistes armés liés à Al-Qaïda. Une intervention militaire étrangère, demandée par M. Diarra et contestée par M. Sanogo, est à l'étude pour les en chasser.

Lundi, une réunion de haut niveau s’était déroulée aux Nations Unies à New York pour évoquer la situation au Sahel et l’envoi d’une force militaire au Mali.

Le ministre des Affaires étrangères du Togo, Elliott Ohin, avait indiqué qu’il était « impérieux que le Conseil (de sécurité) se décide à redonner espoir aux Maliens (…) en adoptant une nouvelle résolution; celle qui autorise le déploiement de la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA)".

Mais l’arrestation de Cheick Modibo Diarra risque de rendre les choses encore plus compliquées.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Toute l’expertise des neurochirurgiens allemands

Santé

Natalma Kolani, une petite togolaise de 6 mois, née avec une malformation congénitale rare (méningo-encéphalocèle) pourra être sauvée. 

Réduction d'effectif à Asky ?

Social

La compagnie aérienne Asky, dont le siège est au Togo, envisagerait de procéder à des licenciements, selon un responsable du syndicat autonome des travailleurs de Asky (Synautra).

Boko Haram et Ebola au menu du sommet d’Addis

Union Africaine

Le prochain sommet de l’Union africaine (UA) se déroulera les 30 et 31 janvier prochains à Addis Abeba. Mais les ministres des Affaires étrangères des pays membres sont déjà sur place pour le travail préparatoire.

Ebola : les leçons d’une tragédie

Santé

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a reconnu dimanche avoir été lente à réagir à l'épidémie d'Ebola, et que cela devrait lui servir de leçon pour l'avenir.