Sécurité maritime : concertations entre le Togo et le Cameroun

23/09/2016
Sécurité maritime : concertations entre le Togo et le Cameroun

Paul Biya (G) et Faure Gnassingbé vendredi à New York

En juin 2013, le Cameroun avait organisé le premier sommet sur la sécurité maritime dans le golfe de Guinée, devenue l'une des régions du monde les plus affectées par la piraterie.

En application d'une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies, les Etats de la Cédéao et de la CEEAC avaient été invités à mettre en place une stratégie régionale et collégiale pour lutter contre la piraterie maritime et les vols à main armée dans les eaux territoriales.

Trois ans plus tard, un autre sommet se déroule cette fois au Togo, sous l’égide de l’Union africain avec comme objectif de parvenir à l’adoption d’une charte contraignante.

Cette question a été au centre d’un entretien vendredi au siège des Nations Unies à New York entre les présidents togolais, Faure Gnassingbé, et camerounais, Paul Biya.

Le prochain sommet de Lomé s’inscrit dans la droite ligne des recommandations de Yaoundé, mais les Etats africains veulent aller plus loin compte tenu des menaces que font peser la piraterie et les trafics sur le commerce maritime, les échanges régionaux.

Pour les autorités togolaises, l’insécurité maritime constitue aussi un frein au développement.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais Drépano-solidaires

Santé

La drépanocytose est un vrai problème de santé publique. Près de 250.000 Togolais en sont victimes.

Aucune coupure sur le réseau Moov

Tech & Web

Pas de perturbations sur le réseau de l’opérateur de téléphonie mobile Moov, contrairement à ce qu’ont affirmé les médias.

Des chirurgiens membres de l'Eglise Copte se mobilisent

Coopération

Deux cents patients soufrant d’hernies et de goitre seront pris en charge par des médecins égyptiens.

Les transfusions sanguines n'ont aucun caractère commercial

Santé

La culture de don du sang n’est pas très développée au Togo. Absence d’information et préjugés freinent la collecte.