Syrie : l’intervention militaire est-elle la bonne option ?

05/09/2013
Syrie : l’intervention militaire est-elle la bonne option ?

La France interviendra-t-elle militairement en Syrie contre le régime de Bachar el-Assad avec ses alliés américains et arabes et sans une résolution claire du Conseil de sécurité des Nations Unies l’y autorisant ? Le président François Hollande n’a guère laissé de doute sur ses intentions. Mais il devra attendre, d’une part la fin du sommet du G20 qui débute aujourd’hui et, d’autre part, l’accord éventuel du Congrès américain.

Paris vient de mettre en ligne une synthèse de renseignement déclassifié concernant l’utilisation d’armes chimiques par Damas. Ces informations sont disponibles sur le site de l’ambassade de France au Togo.

Nul doute que le régime alaouite dispose, depuis les années 70, d’un arsenal chimique impressionnant. A maintes reprises, les services de renseignement israéliens ont révélé son existence. Tsahal a mené plusieurs raids pour anéantir une industrie nucléaire naissante.

Mais une intervention militaire limitée est-elle judicieuse ? C’est la vraie question. On ne peut accepter qu’un gouvernement gaze son peuple – laissons toutefois aux experts de l’ONU le temps de répondre par l’affirmative, une fois l’analyse des échantillons prélevés terminée – mais des bombardement, même ciblés, seraient de nature à donner à coup de pouce aux rebelles.

Or, ces derniers ne sont plus des civils avides de liberté, mais des militants islamistes syriens et étrangers affiliés aux salafistes et aux Frères musulmans, puissamment armés et financés par des Etats clairement identifiés.

C’est la vraie nature de ce conflit.

Pour la France et ses alliés, le recours à la force peut être une option, mais ne serait-il pas plus judicieux de demander aux pays qui soutiennent les islamistes de stopper leur aide pour parvenir à une baisse d’intensité des combats, puis à un cessez-le-feu avant d’entamer un dialogue.

Il y va de l’avenir de la Syrie et, dans une certaine mesure, de ses voisins. 

Photo : le centre ville d’Alep 

Dossier Syrie sur le site de l'ambassade de France au Togo

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Du porte à porte pour lutter contre le sida

Santé

27.989 habitants de Lomé sont directement touchés par le sida. La grande majorité est traitée par ARV.

Le PNUD est à un moment décisif de sa coopération avec le Togo

Développement

Helen Clark, la patronne du PNUD, s’est entretenu mercredi à Lomé avec le Premier ministre et le ministre de l’Economie et des Finances

Le combat d'Helen Clark contre la pauvreté

Développement

Helen Clark, l’Administrateur du PNUD, a entamé mercredi une visite de 24h au Togo. Au programme, un appui au PUDC et aux femmes.

Les tailleurs de pierre ont de l'avenir

Coopération

Dans la région des Savanes et de la Kara, la pierre est une ressource naturelle. Des jeunes sont formés aux techniques de taille.