Un clean seat pour le Togo

12/10/2011
Un clean seat pour le Togo

Le 21 octobre prochain, le Togo sera-t-il élu membre non-permanent du Conseil de sécurité? Il y a de fortes chances, mais le choix final revient aux membres des Nations Unies qui voteront en Assemblée générale. Trois candidats sont en lice pour seulement deux fauteuils, d’où le suspens insoutenable.

Pour Stephen Harber (photo), professeur de Sciences-politique à NYU (New York University), la présence de trois challengers pour deux sièges est inédite ; il est cependant convaincu de la victoire du Togo.

Republicoftogo.com : Trois candidats s’affrontent pour deux sièges à pourvoir. C’est une situation inédite ?

Stephen Harber : C’est, en effet, assez inhabituel. La règle non écrite veut que deux pays candidats postulent aux deux sièges vacants avec la garantie d’être élus. Ils sont, en général, soutenus officiellement par les organisations régionales. Ce qui vaut pour l’Afrique vaut aussi pour le reste du monde.

L’élection du 21 octobre porte, notamment, sur deux sièges réservés à l’Afrique ; l’un au Maghreb, ce que l’on appelle le swing seat (qui alterne tous les 2 ans entre l’Afrique et le Monde rabe), et l’autre à l’Afrique noire, qualifié de clean seat.

Cette fois, la Mauritanie a décidé de poser sa candidature ; or ce pays a rejoint en 2004 le bloc Afrique du Nord ; il est donc en concurrence frontale avec le Maroc.

Republicoftogo.com : Donc, a priori, pas de risque pour le Togo qui peut obtenir le clean seat ?

Stephen Harber : A priori, aucun danger. Sauf que certains pays pourraient être tentés de voter pour le Maroc et la Mauritanie. Les zones n’étant pas cloisonnées, les sièges reviendraient alors de facto à deux pays d’Afrique du Nord et Musulmans. Je ne crois pas à ce scénario, mais la prudence est de mise car le scrutin se déroule à bulletins secrets. Les promesses des uns et des autres ne pourront se confirmer que lors du dépouillement.

Je dois ajouter que le Togo a pour lui d’être officiellement soutenu par l’Union africaine, l’Uemoa et la Cédéao, ce n’est pas rien. En outre, son engagement dans des opérations de maintien de la paix est une réalité ; ce qui n’est pas le cas de la Mauritanie.

Republicoftogo.com : Concrètement, comment se déroule le vote ?

Stephen Harber : Chaque candidat doit obtenir au moins 2/3 des voix. Cela peut arriver au premier tour ; dans le cas contraire, il y a un second tour, puis un troisième, etc…

Republicoftogo.com : Le pays qui siège comme membre non-permanent a-t-il une réelle influence ou s’agit-il davantage d’un poste de prestige.

Stephen Harber : Le poste est prestigieux évidemment, mais n’oublions pas que chaque membre non-permanent dispose d’un droit de vote au Conseil de sécurité. C’est donc très important.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.

Une politique qui coule de source

Développement

Une eau de bonne qualité est essentielle au développement économique et humain. Les autorités s'emploient à la fournir. Le taux de couverture est en hausse.

La Banque mondiale met le paquet

Développement

La Banque Mondiale (BM) vient d’approuver de nouveaux financements en faveur du Togo. Et pas des moindres puisqu’il s’agit de 44 millions de dollars.