Un engagement politique et financier

19/02/2013
Un engagement politique et financier

Après des années de crise socio-politique, le Togo a besoin d’un engagement financier fort. C’est le point de vue de Joseph Weiss (photo), l’ambassadeur d’Allemagne au Togo. Berlin a repris en 2011 sa coopération. 50 millions d’euros sont consacrés à des projets de développement dans l’agriculture, les infrastructures et la formation. Ancienne puissance coloniale, l’Allemagne a par ailleurs entrepris de rénover les bâtiments historiques avec le souci de préserver l’identité culturelle du Togo.

Republicoftogo.com : L’Allemagne a relancé sa coopération avec le Togo il y a moins de 2 ans. Où en est-on aujourd’hui ?

Joseph Weiss: Nous avons repris la coopération en 2011 après 20 ans de suspension. L’Allemagne a décidé d’investir 27 millions d’euros dans des secteurs essentiels pour le Togo comme le développement rural et l’agriculture, la décentralisation et la bonne gouvernance, la formation technique et l’emploi des jeunes. Et c’est la coopération bilatérale.

Mais d’autres actions sont engagées. Il y a le financement du tronçon du petit contournement de Lomé à hauteur de 13 millions d’euros. Les travaux vont commencer prochainement. Par ailleurs, 25 millions d’euros vont être investis dans le West African Power Pool (WAPP) pour financer les lignes haute tension du Bénin au Ghana.

A la fin de l’année dernière, le gouvernement allemand a décidé d’accorder un financement supplémentaire de 7,5 millions d’euros pour la réhabilitation de la centrale de Nangbéto qui est au cœur de l’approvisionnement en énergie électrique du Togo. 

Vous le constatez, les projets sont nombreux. A cela, il faut ajouter tous ceux développés par des ONG allemandes depuis 30 ans.

S’agissant des financements de l’Union européenne, Berlin apporte 20% des fonds ; idem pour ceux de la Banque mondiale et la Banque africaine de Développement (BAD) dont 10% sont une contribution allemande.

C’est vous dire que l’Allemagne est vraiment de retour au Togo.

Après des années de crise, le Togo a besoin d’un engagement pas seulement politique,  mais aussi financier.

Republicoftogo.com : Certains jugent l’aide allemande prématurée en invoquant des considérations d’ordre politique. 

Joseph Weiss : Il y a toujours des gens pour critiquer.

L’Allemagne s’est engagée dans des secteurs clés comme l’agriculture, la formation des jeunes. Nous apportons une aide concrète et réelle à la population.

Evitons les lectures simplistes. Il faut essayer de parler des choses qui ne fonctionnent pas, mais aussi de celles qui fonctionnent et ne jamais perdre de vue les besoins des populations qui n’ont rien à faire avec les problèmes politiques.

Republicoftogo.com : Depuis votre arrivée à Lomé, l’une de vos priorités a été de lancer la rénovation des édifices datant de la période coloniale allemande. Pourquoi ?

Joseph Weiss : C’est quelque chose qui me tient à cœur.  Préserver l’identité culturelle, l’héritage et le patrimoine.

Il y a un petit malentendu à lever au Togo. Il ne s’agit pas de l’héritage allemand, mais de l’héritage togolais qui date de la période allemande.

Mon discours est de contribuer à la prise de conscience que c’est une valeur très importante qu’il faut conserver et pour cela, je suis en faveur d’une rénovation de ces bâtiments. Je suis très content que le bâtiment d’Orabank ait été rénové. C’est un bijou de l’architecture de l’époque.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Fantassins et excellents footballeurs

Sport

La 33e édition du championnat militaire et paramilitaire de football s’est achevée dimanche à Lomé sur la victoire du 4e régiment d’infanterie.

Esprit de compromis

Cédéao

La Cédéao a invité les responsables politiques togolais à s'engager très rapidement dans un processus de dialogue.

Solution en vue à Bissau ?

Cédéao

Le président de la Cédéao, Faure Gnassingbé, a rencontré vendredi à Abuja son homologue de Guinée Bissau.

Innover pour une santé de meilleure qualité

Santé

Le président Faure Gnassingbé s’est rendu jeudi au CHR d’Atakpamé (région des Plateaux) qui expérimente depuis plusieurs mois un processus de gestion externe.