Un milliard de dollars pour l’Afrique

19/11/2013
Un milliard de dollars pour l’Afrique

A l’ouverture mardi matin à Koweït City du IIIe sommet afro-arabe, l’émir du Koweït a annoncé l’octroi d’un milliard de dollars de prêts à faible taux d'intérêt pour l'Afrique. De quoi redonner le moral aux chefs d’Etat présents, dont le président du Togo, Faure Gnassingbé.

Ce sommet, destiné à rapprocher les pays africains et arabes, vise surtout à glaner les prêts et les investissements des riches monarchies du Golfe. Elles sont déjà très actives.

Ainsi, depuis 30 ans, le Fonds koweïtien pour le développement économique arabe (FKDEA) a accordé près de 69 millions de dollars de financements au Togo. Il s’agit, en grande partie, de prêts concessionnels.

Mais Lomé ne perd pas espoir d’attirer aussi l’investissement privé. Du Koweit, bien sûr, mais aussi des Emirats, d’Oman, du Bahreïn ou d’Arabie Saoudite. Tous ces Etats ont manifesté le désir d’investir en Afrique.

Pour les autorités togolaises, les opportunités existent dans le secteur minier, les transports, la banque ou l’hôtellerie.

Lundi soir, Faure Gnassingbé s’était entretenu à son arrivée avec l’émir du Koweït, Cheikh Sabah Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah. En marge du sommet, des rencontres sont prévues ce jour avec le prince héritier et avec les responsables du FKDEA.

VOIR LE DIAPORAMA

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Evala : clap de fin

Culture

Les luttes traditionnelles en pas Kabyè sont presque terminées. Faure Gnassingbé a assisté samedi aux ultimes rencontres.

Vous développez un projet structurant ?

Coopération

Des représentants togolais participeront du 17 au 19 septembre à Genève à la 2e conférence internationale des jeunes francophones (CJF).

26 pays représentés au prochain sommet de Lomé

Cédéao

La Cedeao et la Ceeac tiendront sommet le 30 juillet à Lomé pour discuter terrorisme et lutte contre la radicalisation. 

C'est bien, mais peut mieux faire

Uemoa

Les Etats membres de l’UEMOA doivent renforcer leurs capacités de mobilisation des recettes fiscales.