Une force militaire régionale pour anéantir les islamistes

26/01/2015
Une force militaire régionale pour anéantir les islamistes

Somalie, Nigeria, Cameroun, Sahel, la menace terroriste grandit un peu plus chaque jour

Lors de son intervention lundi à Addis Abeba devant le Conseil exécutif de l’Union africaine (UA), le ministre togolais des Affaires étrangères, Robert Dussey, a plaidé pour la création rapide d’une Force militaire inter-régionale, Cédéao-Ceeac afin de lutter contre les islamistes de Boko Haram. La semaine dernière à Accra, les présidents du Togo et du Ghana avaient évoqué ce projet qui doit être soumis à l’approbation des chefs d’Etat lors du prochain sommet de l’UA.

Boko Haram menace, non seulement la stabilité du Nigeria, mais également celle du Cameroun et du Tchad.

M. Dussey a également rappelé les autres menaces au Sahel avec Al-Qaïda et en Somalie avec les Shebab dont les actions terroristes frappent aussi le Kenya voisin.

Le gouvernement togolais milite pour la mutualisation des efforts de chaque pays en adoptant des stratégies régionales communes pour contrer les organisations terroristes.

Le chef de la diplomatie togolaise s'est également prononcé pour une augmentation des contributionds des Etats membres afin d'assurer à l'UA toute son indépendance.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Police citoyenne

Coopération

Les bonnes pratiques en matière policière mettent du temps à s’acquérir. L'UE assiste les fonctionnaires leur permettant de bénéficier d'une formation continue.

Corridor à risques pour les enfants

Coopération

L'UE veut protéger les enfants migrants le long du corridor Abidjan-Lagos. Le Togo est directement concerné. 

L'humain au coeur de l'action

Développement

Depuis près de 40 ans, le Togolais Julien Nyuiadzi consacre son énergie au développement agricole de son pays en plaçant l’humain au cœur de ses actions. 

Libération de sept des huit étudiants de l'UL

Justice

La justice a ordonné lundi soir la libération de sept des huit étudiants détenus depuis la semaine dernière à la suite de manifestations sur le campus de l'université de Lomé.