Une victoire de la communauté internationale

25/06/2011
Une victoire de la communauté internationale

Le président Faure Gnassingbé participe depuis samedi à Rome au Sommet de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation). 

Jacques Diouf, le directeur général de la FAO, a inauguré dans la matinée la plaque commémorative célébrant la victoire de la communauté internationale sur la peste bovine, une maladie mortelle du bétail qui a, pendant des siècles, représenté une menace pour les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire des populations.

Grâce à un programme coordonné par la FAO, l'éradication totale de la peste bovine représente une victoire certaine sur le virus responsable de la maladie. C'est, en fait, la première maladie animale à être éliminée de son milieu naturel grâce aux efforts déployés dans le cadre de la coopération internationale. Et c'est seulement la deuxième maladie à être ainsi éradiquée, après la variole chez l'homme.
 
 «Au fil des années, j'ai souvent dit que le monde a les moyens nécessaires pour éliminer la faim, la malnutrition et l'extrême pauvreté», a déclaré M. Diouf.
 
 «L'éradication totale de la peste bovine - une maladie qui a décimé le bétail, les buffles et de nombreuses autres espèces animales, domestiques ou sauvages - en est la preuve.»
 
 C'est un succès majeur pour l'humanité. Depuis plus d'un millier d'années, la peste bovine s'est répandue sur les continents. Elle a anéanti des millions d'animaux, rendant précaires les conditions de vie et la sécurité alimentaire des populations.
 
 La plaque commémorative au siège de la FAO cite les experts, les institutions techniques et financières et les Etats membres de l'Organisation pour leur travail exemplaire et leur collaboration dans l'effort d'éradication.
 
 Parmi les personnalités présentes à la cérémonie, le président du Togo, Faure Gnassingbé.

La célébration s'est tenue lors de l'ouverture de la 37e session de la Conférence de la FAO (assemblée générale de l'Organisation qui se tient tous les deux ans pour voter le budget et le programme de travail)

On s'attend à ce que la Conférence proclame officiellement, dans une résolution qui sera adoptée le 28 juin, que le monde a été enfin libéré de la peste bovine. 

Depuis 1994, la FAO est le fer de lance du Programme d'éradication mondiale de la peste bovine. Elle a œuvré et œuvre en étroite coordination avec l'Organisation mondiale de la santé animale, l'Agence internationale de l'énergie atomique et d'autres partenaires, les gouvernements, les organisations non gouvernementales, les institutions régionales, notamment le Bureau interafricain des ressources animales, et les bailleurs de fonds comme l'Union européenne.
 
 Le 27 juin, les chefs des services vétérinaires de plusieurs pays et d'autres experts du monde entier doivent se réunir au siège de la FAO, à Rome, pour discuter des mesures visant à préserver en laboratoire les échantillons restants du virus et des vaccins et pour évaluer les risques et les réponses à apporter dans la lutte contre d'autres maladies à fort impact.

Le président togolais a prononcé un discours samedi matin dans lequel il a salué l’ « aboutissement d’une très longue lutte ». 

« Le peuple togolais est profondément heureux de pouvoir la célébrer avec vous en ce jour mémorable », a déclaré le chef de l’Etat.

Evoquant la situation spécifique du Togo, Faure a rappelé que son pays avait subi les ravages de la peste bovine il y a tout juste un siècle.

« C’est en effet en 1911 que cette terreur jusque là inconnue s’est abattue sur le Togo, décimant en l’espace de quelques mois seulement, 30% du cheptel bovin ». 

Voici le discours prononcé par le président Faure Gnassingbé

 C’est un réel privilège pour moi et pour la délégation qui m’accompagne de  partager  avec vous, ce moment historique que constitue la commémoration de l’éradication de la peste bovine. 

Aussi voudrais-je,  avant toute chose, exprimer ma profonde gratitude au Directeur général de la FAO,  M. Jacques DIOUF, dont l’aimable invitation me donne l’occasion d’être avec vous aujourd’hui. Je tiens à féliciter très chaleureusement  M. DIOUF pour les éminents services qu’il a rendus à l’humanité. Durant les deux dernières décennies son action a été décisive pour  la promotion effective de la sécurité alimentaire, notamment à travers la lutte contre les maladies animales. 

Mesdames et messieurs les Chefs d’Etat et de gouvernement,

Honorables invités 

L’éradication de la peste bovine que nous célébrons aujourd’hui est l’aboutissement d’une très longue lutte. C’est une grande victoire pour l’humanité. Le peuple togolais est profondément heureux de pouvoir la célébrer avec vous en ce jour mémorable. 

Pendant  de longues décennies en effet, ce fléau a constitué une véritable hantise pour toute l’humanité. Nul n’a été épargné. Mon pays le Togo est d’autant heureux d’être associé à la cérémonie qui nous rassemble aujourd’hui, qu’il a subi pour la première fois les ravages de la peste bovine il y a tout juste un siècle. C’est en effet en 1911que cette terreur jusque là inconnue s’est battue sur le Togo, décimant en l’espace de quelques mois seulement, 30% du cheptel bovin. 

Nos populations qui sont essentiellement agro-pastorales gardent encore un douloureux souvenir de cet épisode. Depuis lors, la peste bovine était devenue un mal récurrent au Togo, avec des réapparitions dévastatrices entre 1925 et 1952 puis de 1960 à 1963.

Malgré le succès des campagnes de vaccination que nous n’avons cessé d’organiser, notamment avec le soutien des partenaires tels que l’Union européenne, la FAO et l’OMS que je voudrais remercier ici, l’éleveur togolais a toujours vécu dans la peur du  retour de ce fléau redoutable. Et c’est cette peur du lendemain que nous sommes heureux de pouvoir surmonter collectivement aujourd’hui grâce à l’éradication mondiale de la peste bovine. 

A l’instar de nombreux pays à dominante rurale, le quotidien de l’immense majorité des populations togolaises repose sur l’agriculture et l’élevage qui joue un rôle important dans l’alimentation et qui est de ce fait au cœur du commerce et des échanges. C’est pourquoi, nous sommes soulagés que le Togo, tout comme les pays et  territoires dont les populations animales sont sensibles à la peste bovine, soit désormais déclaré indemne de cette coûteuse maladie, qui a pesé pendant trop longtemps sur les modestes revenus de nos agriculteurs et profondément affecté les conditions de vie de nos concitoyens dans les milieux ruraux.

Je voudrais à cet égard joindre ma voix à l’hommage unanime et spontané qui est rendu aujourd’hui aux artisans de cette évolution majeure.   Nous devons principalement ce succès  à la FAO qui a fait de l’éradication de la peste bovine un des axes fondamentaux de sa lutte contre la faim dans le monde. Grâce à sa persévérance, la production animale dans le monde est désormais mieux sécurisée et les moyens de subsistance de millions de foyers à travers le monde sont moins menacés.

Je salue également le travail de l’Organisation mondiale de la santé animale et de toutes les organisations internationales qui se sont mobilisées depuis des décennies pour accompagner et coordonner à l’échelle planétaire les efforts multiformes qui ont permis de venir à bout de ce fléau. Nous leur sommes redevables pour les outils efficaces de diagnostic et de surveillance et les campagnes de vaccination qu’elles ont su mettre en place pour mener à terme le processus d’éradication, notamment dans les pays pauvres. 

Comme vous le savez, le manque d’infrastructures adéquates dans les pays économiquement vulnérables a fait que jusqu’ici, la lutte contre la peste bovine s’y apparentait à un éternel recommencement. En effet après chaque épidémie dévastatrice, une seule question était dans les esprits : à quand la prochaine épidémie ?

Les craintes de réapparition de la maladie seront désormais dissipées et nous devons pour cela rendre hommage  aux millions de vétérinaires anonymes qui ont bravé à travers les campagnes et  les hameaux les plus reculés de notre planète, les intempéries et les reliefs les plus accidentés, pour assurer dans des conditions éprouvantes, le succès des campagnes de vaccination contre la peste bovine.

Mesdames et messieurs les Chefs d’Etat et de gouvernement

Mesdames et messieurs,

Honorables invités 

Nous commémorons aujourd’hui dans la joie partagée un succès exceptionnel. Mais ce qui le rend encore plus exceptionnel c’est son caractère collectif. Depuis l’éradication de la variole, aucune cause de santé publique n’a suscité un engouement aussi général et structuré que la lutte contre la peste bovine. Le combat historique contre la peste bovine est en somme une victoire de la coopération internationale. 

Je voudrais  à cet égard vous réaffirmer la détermination du Togo à s’engager dans un partenariat constructif renforcé, dans la droite ligne de la réforme que notre organisation commune la FAO appelle de tous ses vœux. Le Plan cadre de priorités à moyen termes élaboré de concert avec la Représentation permanente de la FAO au Togo prend en compte cette nouvelle dynamique, axée sur l’harmonisation des ses actions avec les interventions des autres partenaires techniques et financiers.

Le Programme national d’investissement agricole et de sécurité alimentaire conçu grâce à l’appui conjugué de la CEDEAO et de la FAO est l’un des exemples les plus édifiants de cette nouvelle approche de  coopération. Nous  comptons donc intensifier nos efforts pour approfondir ce nouveau type de partenariat.

C’est pourquoi dans un esprit de réciprocité constructive, mon Gouvernement a décidé d’établir ici même à Rome une Représentation permanente qui contribuera à faciliter le suivi et la mise en œuvre de projets concrets sur le terrain. C’est notre souhait le plus ardent que ce rapprochement puisse contribuer à insuffler  une énergie renouvelée à notre relation avec la FAO dont l’appui a été décisif dans le succes de la lutte contre la peste bovine au Togo.

Mesdames et messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,

Mesdames et messieurs,

Chers invités

Le succès que nous célébrons ce jour est en tout état de cause porteur d’espoir car il nous rappelle une fois de plus, qu’avec la volonté politique et la détermination des uns et des autres nous sommes en mesure d’engranger des succès inespérés. 

Nous devons cependant nous rendre à l’évidence que ce succès est aussi un défi. L’éradication de la peste bovine nous impose en effet de rester mobilisés et persévérants pour relever d’autres défis non moins importants pour la santé humaine et animale.

La récente épidémie de fièvre aphteuse au Royaume-Uni, la contamination d’origine bactérienne récemment rapportée sur certains aliments crus en Allemagne, la grippe aviaire,  la fièvre charbonneuse, la peste porcine africaine, la rage,  la péripneumonie contagieuse bovine  sont autant de maux qui nous rappellent sans cesse que la santé publique est un bien particulièrement fragile. 

Nous sommes donc contraints de considérer la gestion intégrée de la santé animale   comme un des grands défis pour les années à venir. 

Le meilleur moyen d’assurer des avancées irréversibles, c’est d’anticiper et d’innover constamment pour nous mettre à l’abri de l’apparition de nouvelles infections animales dont le diagnostic et le traitement sont presque toujours coûteux en temps, en énergie et bien souvent en vies humaines, retardant ainsi le développement économique et social.

Puisse l’humanité se tourner durant  les prochaines décennies vers l’éradication des autres maladies qui limitent encore la productivité animale et retardent notre capacité à  assurer la sécurité alimentaire. Et vivement que nos prochaines luttes communes soient empreintes du même élan solidarité et qu’elles connaissent le même succès que la lutte contre la peste bovine.

Je vous remercie. 

VOIR LE DIAPORAMA

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Echange de bons procédés

Union Africaine

Les grandes manœuvres ont débuté pour l’obtention des postes de prestige à l’Union africaine.

Les inégalités entre les genres coûtent une fortune à l'Afrique

Développement

L’édition 2016 du rapport sur le développement humain en Afrique, réalisé par le PNUD, a été présentée lundi à Lomé.

L'engagement des Togolais de l'extérieur

Diaspora

Un membre de la Diaspora a annoncé son intention de créer une institution de micro finance pour venir en aide aux plus démunis.

Promotion de la culture Tem

Culture

Le festival international des musiques et danses traditionnelles TEM Festekpe aura lieu 9 au 11 décembre  à Sokodé.